Follow:
Déco

♪ It's the little things ♫

DSCN6213-001

J’ai longtemps cherché une bougie qui trouverait sa place olfactive dans la chambre à coucher. Comme souvent avec moi, je ne savais pas exactement ce que je cherchais, mais  rien ne trouvait grâce à mes yeux. Il a fallu attendre que mon odorat devienne particulier (grossesse oblige) pour que je trouve cette bougie. Celle qui dégagerait le parfum que j’avais envie de sentir dans cette pièce et seulement celle-ci.

DSCN6215 Mon cœur et lui seul a jeté son dévolu sur la bougie Esprit de thé d’Esteban pour Nature&Découvertes.

Je ne m’attarderai pas sur les raison pour lesquelles il est impératif d’utiliser des bougies d’intérieur, à la cire naturelle 100% végétale. Cela me semble évident. En revanche ce que je peux vous dire c’est que les meilleurs bougies ne sont pas nécessairement les plus chères. Pour moins de 20euros, vous avez une bougie à la cire naturelle 100% végétale, dotée d’une mèche 100% coton, dans un verre 100% recyclable et vendue dans un packaging fait de matériaux d’emballage 100% recyclables.

Mais l’odeur dans tout ça ? Je dois vous avouer quelque chose : je ne sais pas décrire les odeurs. Je peux les ressentir aussi fort que Jean Baptiste Grenouille, mais je manque de mots pour les définir.

Je découvre pour ce billet ce qu’en dit Esteban (la vendeuse s’était contentée de me faire sentir plusieurs bougies avant que je craque pour celle-ci) :

En quête de sérénité, l’esprit s’évade au pays du Levant où la fraîcheur délicatement poudrée des fleurs de cerisiers se mêle aux effluves de thé tout juste infusé. 

DSCN6216J’ai allumé, validé et adopté cette bougie, qui a trouvé sa place aux côtés d’une nouvelle venue dans la chambre : Mickalene Thomas, l’exubérante, comme dit Lily. Il s’agit d’une reproduction de son œuvre Qusuquzah, une très belle négresse #2. Le travail de cette artiste américaine (sa méthode consiste à partir d’une photographie qui figure un modèle maquillée et coiffée, qui pose selon une scénographie bien définie. La photo est ensuite découpée et recontextualisée, pour en faire un collage qui sera ensuite agrandi, pour être réinterprété à la peinture acrylique avec ajouts de matériaux ), dont on parle de plus en plus  est inspiré de son enfance à Brooklyn dans les années 70 et de manière générale de la condition de la femme noire dans la société de ces années à nos jours.

« J’aime photographier des femmes puissantes en possession de leur force particulière et de  leur charisme. »

1352911859.3129_6_o

Une belle exposition médiatique (Mickalene vient d’exposer au Brooklyn Muséum et a collaboré récemment avec deux marques de prêt-à-porter) qui la conduira  peut-être, qui sait, à Paris dans quelques années comme sa contemporaine Kara Walker dont j’aime également beaucoup le travail.

Comme de nombreuses de personnes j’aimerai avoir les moyens de m’acheter des œuvres d’art originales ou des objets de collection, mais en attendant de gagner au loto, je cultive à la maison une petite collection faites de choses qui m’inspirent et me font voyager. Mes copines rigolent lorsque je me retrouve hystérique devant un petit lapin en plastique. « Ce sont tes choses là  » qu’elles disent. Et moi de renchérir : oui mes petites❤ choses.

It’s the little things, And the joy they bring comme le chante si bien India

Sur ces belles paroles, je vous souhaite une excellente semaine !

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Pas de commentaire

Laisser un commentaire