Follow:
Non classé

A cause des Garçons

En l’occurrence c’était plutôt du côté de « comme des garçons » et de H&M qu’il fallait chercher un coupable.
Voilà une marque qui va de nouveau entrer dans la légende de la mode jetable grâce au géant Suédois.
A défaut d’aimer ce style très particulier qui n’est pas sans rappeler celui de « Cop-Copine »(en moins abordable) vous pourrez au moins désormais donner du « comme des garçons » dans vos conversations frou-frou.
J’avais complètement oublié que c’était le 13 ou jamais.
J’aurais aimé y être, pas pour acheter, mais pour observer. J’adore observer les gens au moment où ils semblent le plus vulnérables. Bien entendu à leur insu, et surtout dans des situations incongrues comme celle-ci.
Je suis certaine qui si l’on interroge les personnes qui se sont ruées dans les magasins sur la marque elle-même, la majorité ne s’y était jamais intéressé.
Mais voilà, les modeuses l’ont décidé, ce 13 novembre sera comme des garçons ou ne sera pas.
A cause des modeuses alors?
Non même pas, elles sont elle-mêmes à l’insu de leur plein gré victimes de cette société de consommation qui nous éduque à acheter puis jeter lorsque c’est passé de mode. De toute façon c’est pas cher à H&M et puis franchement c’est du « comme des garçons ».
J’aimerais qu’un jour l’enseigne fasse un petit test en demandant à un créateur plutôt connu de laisser libre cours à son imagination et de livrer une collection qui serait vendue en rayon sous le label H&M et de façon totalement anonyme.
Je ne suis pas certaine que les pièces en question rencontrent le même succès que celles estampillées Viktor&Rolf, Stella Mc Cartney, Cavalli etc.
Alors quoi?
Nous n’avons plus de libre arbitre, il semblerait que le terme « fashion victim » que l’on doit selon John Fairchild(editeur du magazine et « bible modesque » Woman’s Wear Daily) à Oscar de la Renta soit devenu non plus une tare, mais une valeur ajoutée.
Le bon plan shopping consiste désormais à dénicher les bottines de Zara qui sont la réplique exacte de celles d’Isabel Marrant.
C’est pire que marrant, c’est hilarant.
Parfois je me demande si nous sommes encore dans notre état normal.
Dans les années 90 les marques étaient prisées pour l’image(de marque) qu’elles véhiculaient mais aussi pour leur qualité garantissant à une pièce une décénnie de vie.
Beaucoup invoquent le fait que les grandes marques soient hors de prix, pour justifier leur achats compulsifs à la recherche de ce qui se rapproche le plus de telle veste, ou de telle marque aperçue dans tel magazine.
Ainsi l’enseigne Zara dont la qualité des vêtements laisse souvent à désirer n’a jamais été aussi populaire depuis que certaines y dénichent régulièrement des ersatz de pièces de créateurs.
Comme beaucoup de filles j’aime la mode mais une question me turlupine depuis un moment: est-ce qu’être à la mode signifit s’habiller de pièces de créateurs?
Et puis est-ce qu’être à la mode serait en passe de devenir un qualité, un véritable attribut qui nous faciliterait la vie en société, nous ouvrirait des portes jusque là fermées, un peu comme le fait de mentionner sur son CV « maîtrise tel ou tel logiciel »?
Le nouvel ordre mondial pourraient-il se résumer un jour à :
« J’étais la première à porter du large lorsque tout le monde était encore au slim »
ou alors « J’ai assisté au lancement de telle ou telle marque »: historique!
Si encore tout ceci était gratuit ou nous apportait autre chose que le simple plaisir malsain(mais tout de même humain) de posséder alors on pourrait relativiser.
Mais bon, je réalise qu’il est très difficile de rompre avec une logique qui nous dépasse, quelque chose qui est édifié bien au delà des créateurs eux-même qui ne sont pas plus libres dans leur choix modesques.
Ceci dit j’ai néanmoins toujours pensé qu’avec ses petits prix H&M démocratisait la mode.
Le piège c’est que justement nous n’avons pas été préparés à cette démocratie et nous consommons de plus bel.
C’est un peu comme tous ces pays qui ont connus des décennies de colonisation et qui à l’issue de guerres d’indépendance pensaient être désormais maîtres de leur destin mais qui en réalité sont devenus des marionnettes dont les anciens colonisateurs continuent à tirer les fils.
Je donne parfois l’impression de faire tout un drame d’un rien, mais à mon avis il est parfois bon de faire une pause et de s’interroger sur des comportements qui nous paraissent naturels ou irrépressibles.
H&M n’a jamais enregistré autant de retours que lors de ces mini-collections concoctées par un créateurs. Les principales raisons de retour étant le défaut de fabrication ou le sujet (l’acheteur compulsif)qui revient à son état normal.

Les propos d’Oscar de la Renta rapportés par John Fairchild dans l’ouvrage « the fashion consipiracy » sont les suivants: »[Oscar and I] were sitting at the Caravelle and Oscar looked around and said, ‘These people are absolute hell, they look like fashion victims,’ and that was the first time anyone had used that expression. »

Partager
Plus Ancien Plus Récent

2 Commentaires

  • Reply isabelle

    Quel bel article!! T'ai-je déjà dit que tu faisais de brillantes analyses? Peut-être pas . Quoiqu'il en soit, on pourrait faire une réponse aussi longue que ton texte tant les problèmes que tu soulèvent sont nombreux. Comme toi, j'aurai bien aimé voir ça… À l'annonce de l'événement, j'avais été agréablement surprise de voir l'impact sur les foules, pour une marque réputée comme étant avant tout intellectuelle et élitiste. Y aller « à tout prix » peut être pris comme un moment de « fun » du genre « j'y étais! » sans avoir d'autres prétentions que celle d 'avoir eu un bon moment de rigolade. Pour ma part, j'ai vu sur le blog de Bénétie une photo de l'écharpe à pois portée par Katie Holmes (en avant première?). Cette vision m'a confortée dans mes opinions. Comme tout produits « bon marché » la collection CDG pour H&M est aussi bâclée que le reste. Si l'équipe de CDG n'a pas pu exiger auprès de H&M que l'écharpe soit au moins doublée afin que l'envers de l'imprimé jamais flatteur ne se voit pas, ce n'est pas la peine de se déplacer, cette opération est donc un énième « attrape-couillon ». Merci pour l'anecdote concernant Oscar de La Renta, je l'ignorais… Belle photo du sac!

    14 novembre 2008 at 9 09 34 113411
  • Reply Oriane

    Je partage ton point de vue. Je n'irai jamais me faire piétiner chez H&M pour acheter une fringue de créateur que 50000 filles auront acheté aussi. C'est pour ça que je ne jure que par Guerrisol ou Emmaüs ! Ou mieux, par le placard de ma maman ! Si on choisit bien, on peut avoir l'originalité, la qualité et en dépensant très peu. J'avoue que j'aime cumuler et que je me lasse vite, alors c'est une solution idéale. Les blogs de filles qui montrent leurs fringues H&M et Zara m'ennuient. N'importe qui ayant un budget peut faire la même chose. Ca ne s'appelle pas avoir du style.

    14 novembre 2008 at 11 11 29 112911
  • Laisser un commentaire