Follow:
Looks

Afropean Soul

fullsizeoutput_7d5

Afropéene, Afropolitaine, Afro-Française… Des mots-valises développés pour embrasser toutes les dimensions d’une identité multiple comme la mienne. L’écrivaine Léonora Miano (que j’aime beaucoup) parle de «  personnes d’ascendance subsaharienne ou caribéenne et de culture européenne : des individus qui mangent certes des plantains frits mais dont les particularismes ne sont pas tellement différents de ceux qu’on peut trouver dans les régions de France. » Et moi ça me va bien, même si je me méfie toujours des étiquettes. Je ne trouve pas que cela ait quelque chose de stigmatisant.

Chimamanda Ngozi Adichie une autre écrivaine que j’aime beaucoup, elle n’est pas fan de ces néologismes dont elle trouve qu’ils instaurent une certaines hiérarchie (inconsciente) entre ceux qui pourraient recevoir la qualification de manière originelle et ceux qui ne seraient que des produits d’une sous-culture. Invitée à Paris la semaine dernière dans le cadre de La nuit des idées, elle a donné un série d’interviews dans lesquelles elle réaffirme cette position, rejetant au passage le terme Afro-feministe et suscitant la colère par réseaux sociaux interposés des militantes.

Je pense pour ma part que c’est plus un problème de terminologie et de sémantique que de fond. Ces femmes luttent pour la même chose mais ne le disent-ou ne se labelisent-pas de la même façon. C’est vraiment pas évident ces histoires de label et d’étiquettes. Chimamanda Ngozi Adichie est une Africaine-Américaine qui a passé la majeur partie de sa vie au Nigéria. Elle est en phase avec des réalités et des préoccupations de femmes noires qui ne sont pas forcément celles des femmes Afro-Afrançaises. Lorsqu’elle est interrogée elle parle à travers ce biais là.

Lorsque je suis revenue vivre en France juste avant mes 17 ans, après quatre années passées au Cameroun, je voulais crier à tout le monde d’où je venais. C’était plus une question d’attachement, d’affection que de militantisme. J’avais passé très exactement 8 ans de vie en France et 8 ans de vie au Cameroun (je vous en parlais un peu ici). Je ne voulais pas choisir. Je ne percevais donc pas l’offense dans des termes comme « française d’origine…). C’est quelque chose qui me correspond à moi, mais je reste consciente du truc sous jacent malfaisant qui se cache derrière la volonté qu’ont certaines personnes de savoir d’où viennent -exactement-certaines autres.  Les personnes qui me côtoient aujourd’hui s’en rendent rapidement compte. J’ai convertis une grosse partie de mon entourage à l’argot Camerounais et pourtant par certains côtés je suis tellement Française !

S’il fallait résumer mes identités dans un look, celui-ci en serait une parfaite illustration : une jupe assortie à un rouge à lèvre à la couleur vibrante, une veste classique à carreaux mais un tee-shirt imprimé de grosses fleurs exotiques, des bracelets en tissus wax fabriqués au sénégal, un turban, des boucles d’oreille ornées de cauris, un panier en raphia.

A l’heure d’internet et des médias sociaux, la pensée unique n’a jamais été aussi facile à imposer. Certaines personnes ont désormais pour passe temps de distribuer les bons et les mauvais points. Elles se plaisent à décortiquer les comportements et les positions de telle ou telle personne, décidant qui est « légitime » et qui ne l’est pas. Elles se disent plus « woke » et « conscientes » que les autres. Elles vont jusqu’à disséquer la vie privée des autres pour pointer ce qu’elles considèrent comme des incohérences. Par exemple le fait d’être en couple avec un blanc, me priverait d’une légitimité de parole sur les questions raciales.

Quoi qu’il en soit je reste persuadée que nous avons tous à apprendre des uns des autres, tout en gardant toujours à l’esprit que nous sommes tous différents et que l’essentiel est d’être en accord avec ce que l’on est (tout en respectant l’autre) sans jamais chercher à s’en excuser. Si je m’étais dis qu’une personne qui ne me ressemble pas ne peut pas me comprendre et ne peut pas me rendre heureuse, je serai passée à côté de formidables moments de vie.

fullsizeoutput_7defullsizeoutput_7e5fullsizeoutput_76efullsizeoutput_772

fullsizeoutput_7b6

Manteau La Redoute// Jupe et Teeshirt Monoprix// Bottines La Halle// Sac et Boucles d’Oreilles h&m// Turban Indira de Paris//Bracelets Ibilola

Photos : Gaelle

 

Partager
Plus Ancien Plus Récent

4 Commentaires

  • Reply Nelly

    C’est exactement cette mixité et ce métissage de cultures que tu as qui font ton authenticité. Je suis en parfait accord avec ton analyse. Ces neologismes ne devraient en aucun cas créer des barrières entre toutes ces qui ont la meme pensée mais ne la véhiculent pas de la même façon. Look au top Danielle ❤

    4 février 2018 at 10 10 53 02532
    • Reply D.

      Merci beaucoup Nelly !

      7 février 2018 at 21 09 44 02442
  • Reply Rukhsanah Fatima Youssoufa

    I am what I am and what I am needs no excuses. Ces paroles de Gloria Gaynar j’en ai fait mon motto… Pas envie de rentrer dans des cases (où mon corps ne passerait pas lol…) ni me retrouver là où on m’attendrait. Je suis ainsi et il faut l’accepter. Je te suis sur les différents réseaux sociaux et apprécies cette « versatilité » qui est aussi la tienne. Bonne continuation

    9 février 2018 at 14 02 24 02242
    • Reply D.

      Merci beaucoup.

      9 février 2018 at 23 11 59 02592

    Répondre à Rukhsanah Fatima Youssoufa Annuler la réponse.