Follow:
Lecture

Best things in life aren’t free

C’est un point de vue sans doute discutable mais ce qui ne fait aucun doute c’est que tout a un prix.
Laissons un peu de côté les sous-sous et parlons des prix littéraires.
Ce petit bandeau qui enlace parfois certains romans brochés(le contraire du poche) n’a pas du vous échapper.
Les prix littéraires on en pense ce qu’on veut, mais ils sont bien et bel là et on la vertu quelle que soit leur réputation, de transformer la vie d’un auteur.
Pourtant beaucoup éprouvent de la défiance pour cette récompense, reprochant au prix de se confondre au jury. Pour résumer, la famille Goncourt serait un bande de vieux croûtons conservateurs récompensant uniquement les âmes bien nées, l’académie française des bobos littéraires qui privilégient parfois plus l’écriture que les textes, on soupçonne les libraires de tirer au sors, le café de flore de se la jouer promoteur de talents contrariés etc.
Mes lectures comme vous pouvez régulièrement le constater sur la colonne de gauche correspondent plus à mes humeurs du moments, donc les prix je m’en fou un peu, mais je respecte. Disons que lorsque je tombe par hasard sur un roman qui comporte la petite mention prix untel, j’y prête un peu plus attention, j’essaye d’aller au bout des choses et de comprendre le pourquoi du moment. Par contre vous pouvez être surs que je fais l’effort de lire ceux qui font polémique ou débat.
Tout ceci pour vous dbere que la valse des prix a débuté et que certains pourraient bien voir leur vie changer.
Faisons un petit point sur les prix passés, présent et à venir:

jeudi 30 octobre, le Grand prix du roman de l’Académie française a été attribué à Marc Bressant pour « la Dernière conférence » (Ed. de Fallois).
Prix jamais lu bien qu’Amélie Nothomb l’ait reçu en 1999 pour « Stupeur et tremblements« (l’un des rares Nothomb que je n’ai lu mais je m’en porte bien)mais je compte bien m’attaquer à celui de Jonathan Littell, « Les Bienveillantes » primé en 2006.

lundi 3 novembre,Jean-Louis Fournier a remporté le prix Femina (créé en 1904 par 22 collaboratrices du magazine La Vie heureuse (aujourd’hui : Femina) sous la direction de la poétesse Anna de Noailles afin de constituer une alternative au prix Goncourt qui consacrait de facto des hommes) avec « Où on va, papa?« (Stock).
Prix jamais lu et j’avoue que ce dernier dont j’ai beaucoup entendu parlé me fait un peu peur, mais j’aimerais lire « Lignes de failles » pour lequel Nancy Huston a été primée en 2006.

Le prix Femina du roman étranger a été attribué à Sandro Verosini pour « Chaos Calme » (Grasset), et Denis Podalydès a reçu celui de l’essai pour « Voix off » (Mercure de France). J’ai récement lu « Mon frère » de Jamaica Kincaid qui a été primé au fémina étranger en 2000 et dont je vous avais touché quelques mots ici, et bien que je ne sois pas fan des essais, « Une saison de machettes » de Jean Hatzfeld primé en 2003, me tente bien.

Le prix Médicis, (fondé par Gala Barbisan et Jean-Pierre Giraudoux le 1er avril 1958 afin de couronner un roman, un récit, un recueil de nouvelles dont l’auteur débute ou n’a pas encore une notoriété correspondant à son talent) qui fête cette année son 50e anniversaire, a récompensé mercredi 5 novembre Jean-Marie Blas de Roblès pour «Là où les tigres sont chez eux» (Zulma). Je suis intéressée par « La vie mode d’emploi » de Georges Perec recompensé en 1978,

Alain Claude Sulzer a remporté le prix Médicis du domaine éranger avec «Un garçon parfait» (Jacqueline Chambon), le prix Médicis essai a été attribué à Cécile Guilbert pour «Warhol spirit» (Grasset). Ansi que par « La tache » de Philip Roth primé à l’etranger en 2002.

Le mercredi 5 novembre, le prix Hyatt Madeleine du livre étranger (Pour son 60ème anniversaire le Prix du Meilleur Livre Etranger s’associe avec l’hôtel Hyatt Regency Paris Madeleine, boutique hôtel parisien (d’où la nouvelle dénomination)) a récompensé « Melnitz » (Grasset), du Suisse Charles Lewinsky dans la catégorie roman; et le très médiatique « Pourquoi êtes-vous pauvre? » (Actes Sud) de l’Américain William T. Vollmann dans la catégorie essai. Je vais m’atteler à la lecture de cet essai dont le titre m’intrigue au plus haut point.

Jeudi 6 novembre, le prix de Flore a été descerné à Tristan Garcia pour « La Meilleure part des hommes » (Gallimard). J’ai découvert Christine Angot(dont je vous avais touché quelques mots ici) avec « Rendez-vous » primé en 2006 et je me ferais un plaisir de lire « Boys, boys, boys » de Joy Sorman primé en 2005.

Vendredi 7 novembre, Yasmina Khadra a remporté le prix France Télévision pour « Ce que le jour doit à la nuit » (Julliard). J’aborderai peut être ce prix par  » A l’abri de rien » d’Olivier Adam, primé en 2007 , histoire de me faire mon opinion sur cet auteur dont on ne dit que du bien.
Ce lundi 10 novembre, Atiq Rahimi a été primé par le sacro-saint prix Goncourt pour « Syngué Sabour » (P.O.L) et le Renaudot (prix Théophraste Renaudot, plus couramment appelé prix Renaudot, est un prix littéraire qui a été créé en 1926 par dix journalistes et critiques littéraires, attendant les résultats de la délibération du jury du prix Goncourt) a été attribué à Tierno Monénembo pour « Le roi de Kahel » (Le Seuil). J’avais commencé « Voyage au bout de la nuit » de Céline primé en 1932 mais je l’ai tout bonnement perdu! « Mes mauvaises pensées » de Nina Bourraoui primée en 2005 a été une véritable révelation d’écriture et j’ai vraiment adoré « Mémoires de porc-épic »d’Alain Mabanckou primé en 2006.

le Renaudot essai revient à Boris Cyrulnik pour « Autobiographie d’un épouvantail » (Odile Jacob).


Ce 12 novembre seront décernés le prix Décembre, et le Goncourt des Lycéens, dont je lirais bien « Contours du jour qui vient » de Leonora Miano primé en 2006.

le 18 novembre, prix Interallié ( qui récompense un roman écrit par un journaliste) sera remis. J’en ai lu successivement trois, dans le désordre bien entendu: j‘ai bien aimé l’idée de « La fascination du pire » (primé en 2004)introduite par Florian Zeller mais n’est pas été séduite par son écriture. J’ai crié au génie à la lecture de « La possibilité d’une île » (primé en 2005) de Houllebecq(en substance ici) et depuis l’auteur est dans mes petits papiers. Je manque de mots pour qualifier « Marylin dernières séances » (primé en 2006) de Michel Schneider tant il m’a bouleversé.

Bien que Novembre donne le la des bouquins qui vont occuper les premiers rangs des présentoires de librairies, la littérature a aussi ses fashions-weeks au cours desquelles on voît apparaître des talents qui manquaient de prendre la poussière dans les arrières boutique.

Elles se soldent pour moi en prix moins médiatisés, dont les enjeux sont certainement moins importants mais qui me parlent tout de même.

Il s’agit notamment du :

Prix des Libraires ( prix littéraire français remis annuellement au mois de mai à un roman écrit en français.Le prix existe depuis 1955. Il est organisé par la Fédération française syndicale de la librairie (FFSL). Environ cinq mille libraires de France, mais aussi de Suisse, de Belgique et du Canada, participent au vote (par correspondance). La date tardive du prix permet d’exclure d’office les lauréats des prix délivrés au moment de la Rentrée Littéraire (Goncourt, etc.))

Je lui doit le très beau et très juste « L’attentat « (primé en 2006) avec lequel j’ai découvert Yasmina Khadra.

Et puis mon chouchou reste tout de même le grand prix des lectrices Elle, car c’est vous et moi (huit jurys mensuels de quinze lectrices forment un seul Grand Jury de cent vingt lectrices) qui primons, selon les élans de nos coeur les auteurs et les ouvrages que nous avons tout simplement aimé, par conséquent la sélection est vraiment ecclectique(La rédaction du magazine Elle effectue une première sélection de livres en privilégiant les premières œuvres, les jeunes auteurs, ou les nouveaux éditeurs et en éliminant systématiquement les œuvres déjà récompensées par des grands prix littéraires comme le Goncourt, le Femina, le Medicis, l’Interallié)

En 1995 il primait le chef d’oeuvre « L’alchimiste » de Paulo Coehlo, par contre ,j’ai pas du tout adhéré à « L’évangile selon Pilate » d’Eric-Emmanuel Schmitt primé en 2001.

Dans la catégorie document je lirais bien « Le dictionnaire égoïste de la littérature française » de Charles Dantzig, primé en 2006.

Bon vous l’aurez compris, la littérature est mon dada mais c’est tout de même tout pour le moment.

Et vous, que pensez-vous des prix littéraires ?

Partager
Plus Ancien Plus Récent

6 Commentaires

  • Reply nubiennes

    Tu n’as pas encore lu « stupeur et tremblement  » ^0^ .Il faut que tu te le procure d’urgence !!Bon c’est pas du niveau d’auteur comme Toni Morrison et son fameux livre « la chanson de solomon  » mais cela reste un très bon livre .

    11 novembre 2008 at 8 08 03 110311
  • Reply D.

    Hello Nubien, En fait j’ai découvert Amélie Nothomb par hasard en furetant dans une vieille librairie sans rien savoir d’elle et le vendeur m’en avait conseillé trois que j’ai acheté. Ensuite j’ai lu Nothomb au hasard de me trouvailles et même si cela fait une bonne dizaine, »stupeurs et tremblements » n’a jamais croisé ma route.lolEnsuite j’avoue que son adaptation au cinéma(que je n’ai pas vu)l’a un peu définitivement écarté de mes lectures.Sinon je ne me lasserai jamais de Toni Morrisson, de quoi parle « la chanson de Solomon »?

    11 novembre 2008 at 10 10 01 110111
  • Reply nubiennes

    En fait l’histoire dans ce livre se dévoile au fur et à mesure comme un brouillard qui se dissipe pour laissé place au soleil .Le début peut sembler un peu ennuyeux je l’avoue mais il faut tenir bon pour tout comprendre comme dans le livre « huit clos » .Je ne vais pas te raconter l’histoire parce que tu peux trouver une foison de résumés mais comme un bon film je n’aime pas regarder les extraits cela gâche tout .

    11 novembre 2008 at 11 11 19 111911
  • Reply nubiennes

    Si Amélie N.  » stupeur et tremblement est à lire d’urgence .tu t’imagines que le Toni c’est « you must read it ».Enfin j’ai compris que rien n’est calculé dans tes lectures et que tu te laisses porter dans les choix de tes lectures le plus souvent au aléa de tes pérégrinations .C’est ce que j’apprécie parce que j’en suis incapable ^0^ la plupart du temps .J’ai publié un tes articles sur mon blog .Passes pour voir les remarques de temps en temps .Les skyblogistes vont-ils se réveiller et dépeindre un tableau construit,intelligent et ainsi « brosser » le pseudo élitisme des usagers de wordpress .A suivre dans la prochain épisode bien sûr sur Nubiennes.Sky ^0^ .

    11 novembre 2008 at 17 05 02 110211
  • Reply Oriane

    Je ne me fie absolument pas aux prix. Je suis très difficile et j’entame beaucoup de livres que je ne finis jamais. J’ai détesté le peu que j’ai réussi à lire de « l’élégance du hérisson » qui a pourtant été encensé par les critiques et le public. Par contre, le prix des lectrices de Elle me parait intéressant, et « l’alchimiste » reste mon livre préféré depuis mes 14 ans. On pourra critiquer Paulo Coehlo tant qu’on voudra, ce mec a une aura et une ouverture d’esprit incroyable. C’est ce livre qui m’a fait comprendre que je ne croyais pas en Dieu, à un moment où je me posais mille questions (je faisais ma confirmation). C’est quand même paradoxal car Paulo Coehlo est un fervent croyant.

    12 novembre 2008 at 10 10 52 115211
  • Reply D.

    @Nubien, merci je passerai faire un tour de tant à autre même si je crains le pire!(lol)Mon tout premier blog était sur sky, et puis j’ai pas adhérée au concept qui en plus est techniquement assez limité.Je vois via ton blog qu’il y a des évolutions.De toute façon j’ai le virus des blogs et puis sur blogspot je rencontre pas mal de gens qui me ressemble ou que j’admire tout simplement.C’est un moteur dans la vie.Je lirai très prochainement « Stupeur et tremblements » comme ça la boucle sera bouclée.@OrianeJe suis entièrement d’accord avec toi pour Paulo C., je l’ai rencontré lors de la dédicasse du « Zahir » et cet homme représente vraiment l’idée que je me fais d’un écrivain. Peu primé en France il reste l’un des auteur les plus lu et les plus vendu au monde.Parfois moi non plus je ne comprends pas les prix, mais je pense que le cru 2008 est vraiment différent…A suivre.Biz

    12 novembre 2008 at 11 11 01 110111
  • Laisser un commentaire