Follow:
Voyages

Eat, Pray, Love

Avec ses petites ruelles pavées, ses murs colorés et son air marin Lisbonne est propice à la flânerie, je vous le dis.Sur la carte on du mal à estimer les distances et ce qui nous parait éloigné est en réalité juste à côté…là à droite, si vous tournez la tête, levez les yeux, vous apercevrez…
De nombreux édifices religieux gorgés d’histoire, des petites épiceries toutes discrètes ainsi que des restaurants qui servent tous le même plat du jour!
Invariablement la sardine, le saumon ou la morue!
Autrement dis, le poisson du jour.
En gros pendant trois jours je n’ai pensé qu’à manger, à ma mère qui aurait adoré ces visites qui se terminent en signe de croix, et à mon amoureux féru d’histoire.
Eat, Pray, Love comme le roman du même titre que je lis tout doucement, Lisbonne est un sacré voyage et une déclaration d’amour à la vie !

 Côté cuisine, s vous n’aimez pas les oeufs, le sucre et le poisson, passez votre chemin!
J’ai bien cherché avant de craquer pour la parfaite sardine grillée, j’ai interrogé les restaurateurs sur la composition de certaines pâtisserie et j’ai bien tout retenue en me omettant de leur dire que je diviserai en deux la quantité de sucre.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, de nombreuses églises ne se visitent pas, il faut se contenter de les admirer et de méditer sur la petite histoire rédigée sur la plaque.
Les plats sont juste copieux et pas du tout étouffe chrétien.
Nous n’avons pas tout goûté, en trois jours même pour un bec très sucré comme le mien c’était impossible!
Mais Dieu que cette ville renferme des trésors dans les domaines de prédilection de la bouffeuse de vie que je suis!

Confetaria National: Une institution, l’une des pâtisserie les plus anciennes de la ville au cadre charmant et aux gâteaux à ne plus savoir où donner de la tête. Le lieu est plutôt exiguë et les places assises sont constamment occupées. Ont peut y manger à l’étage, un menu comme au Flunch mais en mieux. C’était notre premier repas de la journée et nous avions besoin de quelque chose de consistant et d’équilibré. Nous nous sommes contentées de regarder les habitués et les touristes déguster avec gourmandise, sur un bout de comptoir leur pâtisseries avec un petit café et repartir avec une boîte bien garnie. Cette façon de consommer tranche carrément avec le côté un peu guindé ou snob que peuvent adopter ce type de lieu à Paris.
Ici pas de manières, on se laisse gentiment coloniser par le sucre glace et le chocolat. Les prix sont forcément plus élevés que les pâtisseries que l’on trouve un peu partout, du tabac  la librairie, en passant par l’épicerie du coin.

Conserveira de Lisboa : Autre lieu mythique s’il en est dédié à aux produits de la mer en conserve. Si vous cherchez les meilleurs sardines en boîte du monde c’est ici. En prime un packaging so retro, idéal pour faire des cadeaux!

Casa da Mo (Baixa): Nous y sommes rentrée un peu par hasard…Nous nous laissions guider par le feeling pour notre premier repas du soir, et une envie pressante nous a précipité dans ce restaurant.
 Plutôt gastronomique avec des prix un chouia plus élevé que la moyenne ainsi qu’un standing moins pittoresque. Les poissons du jour extremement frais  et juste grillé+sel et poivre nous ont vraiment surpris!
Le service est correct, mais comme le restaurant est très prisé, vaut mieux ne pas être pressé au moment de l’addition. Nous avons découvert ce dessert dont je ne me souviens plus du nom, qui s’apparente un peu à une pâte, avec beaucoup d’oeufs(comme toujours), délicieusement parfumé à la fleur d’oranger et à la cannelle mais résolument trop sucré (impossible de terminer!). J’ai essayé de retrouver la recette sur internet mais sans succès…

Cette pâtisserie se trouve également adaptée dans beaucoup de boulangeries mais je n’ai pas eu l’occasion d’y regoûter:

 PRATOS DO DIA

L’hotel A.S Lisboa servait un petit déjeuner qui ressemblait plus à un brunch donc nous n’avons fait que deux restaurants. Je ne me souviens plus du nom de second (photos ci-dessus) pourtant le patron se débrouillait plutôt bien en français(chose rare) et nous avons pu goûter les deux plats incontournables que sont les sardines grillées et la Morue à la portugaise. Tout deux juste excellents, suivis de desserts typiques que sont la pomme caramel cannelle au four(moyen) et la crème brûlée(une tuerie!).
Dans les restaurants on vous sert un petit apéritif composé de fromage local, avec un peu de pain et du beurre et quelques beignets de morue. On ne vous demande pas votre avis, mais c’est facturé !
 Honnêtement les prix sont tellement dérisoires comparé à paris que ça vaut pas le coup de chipoté. En plus le petit verre de Porto pour se mettre en bouche c’est sympa !
Partager
Plus Ancien Plus Récent

Pas de commentaire

Laisser un commentaire