Follow:
Musique

Guess Who’s Back ?!

http://www.dailymotion.com/swf/video/xcrp5f?background=%23171D1B&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FF0083&autoPlay=0&hideInfos=1&width=480&additionalInfos=0&colors=background%3A171D1B%3Bforeground%3AF7FFFD%3Bspecial%3AFFC300%3B
Si vous ne connaissez pas encore Erikha Badu je vous invite vivement à la découvrir!

Et si vous n’aimez pas, franchement je ne peux rien faire pour vous comme dirait l’autre!
Si il y a bien une artiste qui peut répondre à la question de savoir si  » the Vidéo kills the radio Stars » , c’est bien elle!
Pendant que certains concluaient au renouveau du genre à la sortie du clip « Telephone » de Lady Gaga, Erykah préparait tranquillement son coup…

 Des chanteuses nues déambulant dans la rue tout au long d’un clip il y en a eu plusieurs, mais de mémoire de vidéophile, jamais aucune n’a eu les couilles de celle que l’on nomme depuis quelques années la Queen Badu.

Parce qu’il faut tout de même vous expliquer le contexte de ce clip pour comprendre pourquoi Il fait déjà couler beaucoup d’encre…
Cette rue dans laquelle Erykah s’éfeuille est l’une des rue les plus fréquentée de Dallas et le clip a été tourné dans les conditions du direct si vous voyez ce que je veux dire.

L’on devine alors aisément (le son a été ingénueusement coupé dans la vidéo) la stupeur et les violentes protestations et invectives des passants dont certains se balladent tranquilement en famille par un après-midi ensoleillé.
L’artiste n’a pas choisi ce lieu au hasard car c’est dans cette même rue qu’a été assassiné le président Kennedy.
Le clip aurait été tourné en une seule prise d’un peu plus de 2 minutes à l’aide d’une caméra unique et l’équipe a rapidement déguerpit une fois la prise en boîte, de peur de se faire embarquer par la police !
Sur le site du Magazine US Essence, Erykah explique tout de même qu’elle était pétrifiée au départ mais qu’ au fur à mesure qu’elle avançait elle s’est sentie comme libérée…
Il suffit d’écouter l’intro et l’outro du clip pour comprendre qu’il s’agissait avant tout pour elle d’un acte de protestation dans un pays où elle estime que les individus ne sont  plus libre de penser différement, d’etre différent et donc en définitive d’être libre.
On appréciera le clin d’oeil à l’assassinat de Kennedy à la fin du clip.
Un clip qui n’est néanmoins pas en relation directe avec la chanson, mais qui  « compense » en quelque sorte un album beaucoup moins engagé que le précédent dans lequel elle critiquait ouvertement la politique internationale américaine depuis les attentats du 11 septembre.
Un album résolument plus léger comme elle le confiait au journal Metro de ce jour et pour lequel elle a prit son temps afin de ne pas décevoir son public qui avait réservé un acceuil très favorable a son New Amerykah Part One : 4th World War.
 Avec New Amerykah Part Two: Return Of The Ankh,  Erykah déclare avoir voulu revenir aux fondamentaux du R’nB et de la Soul, que les gens s’amusent...
Aussi pieuses soient ses motivations, autant vous dire que les critiques ont fusées de toute part et que la Queen de la Neo Soul (un genre qu’elle a elle-même inventé) n’est plus en odeur de sainteté pour de nombreux américains !
Qu’a cela ne tienne, Erykah reçoit le soutient inconditionnel de ses fans à travers le monde , ceux qui sont lassés de voir celles que l’on appellent désormais les « R’n Bitch » (Beyonce, Riyana and co) se trémousser à moitié à poil sans qu’il ressorte jamais rien de leur musique.
 Erykah Badu est l’une des rare artistie qui sait naviguer brillament entre le présent et le passé, sait faire des chansons aussi engagées que divertissantes et au delà de cela une des rare artiste a avoir une réelle personnalité. Une personnalité unique qui s’exprime à travers ses choix musicaux (souvent risqués mais toujours assumés) mais aussi via son look parfois démentiel !
Un look qui me fait penser aux maginifques photos de Michael Abramson qualifié d’archéologue du R&B de Chicago par le magazine Vice, et qui entre 1975 et 1977 a réalisé une série de photos dans les bôites et les bars où la Soul musique faisait alors fureur . Ces photos ont donné lieu à un très bel ouvrage intitulé  » Light: On the Southside » ainsi qu’à une compilation en deux volume des meilleurs morceaux joués dans ces lieux: Pepper’s Jukebox.
Je ne possède encore ni l’une ni l’autre de ces pépites, mais j’ai le numéro de Vice de décembre 2009 qui nous a grattifié de ces quelques précieux clichés !

Pour en savoir plus sur cet ouvrage c’est ICI

Partager
Plus Ancien Plus Récent

2 Commentaires

  • Reply Anonymous

    Je ne vois pas ce que tu veux dire… la vidéo ne fonctionne pas

    31 mars 2010 at 11 11 04 03043
  • Reply D.

    Sorry, droits d'auteur oblige.
    Cependant vu le buzz crée par cette vidéo vous n'aurez pas de mal à la trouver sur you tube ou ailleurs.
    Et puis si tu as le courage tu reviens lire mon post ok?

    31 mars 2010 at 18 06 36 03363
  • Laisser un commentaire