Follow:
Voyages

Into the Wild

 Hier j’ai regardé pour la première fois cette adaptation du « Voyage au bout de la solitude » de Jon Krakauer sortit en 1996 et qui relate la véritable histoire de Christopher McCandless.
Un brillant étudiant américain qui a l’obtention de son diplôme de fin d’étude, traqué par ses vieux démons décide de tout abandonner et de disparaître dans la nature…
Cela m’a foutu un de ses cafard !
Juste avant le départ de Monsieur pour une ascension d’un glacier de 4000m en Italie c’était pas vraiment une bonne idée…
Mais c’est la vie pas le paradis comme j’aime à dire.
 Depuis mon retour de Bretagne je me sens un peu bleue, oui j’ai une espèce de vieux blues qui me suis et dont je n’arrive pas à me débarrasser. C’est que ce petit voyage de cinq jours m’a donné une grosse claque ! J’ai pris 10 dans la face et maintenant je suis burinée.

 Comme les marins que nous sommes allés attendre à 17h au port du Guilvinec et que nous avons suivis jusqu’à la criée je suis contente de rentrer, de retrouver mes repères, mon lit et j’ai plein de choses à faire pour m’occuper, mais en même temps les embruns ainsi que le ressac sur le bateau qui nous mène aux îles Glenan me manquent. Je ne sais pas par quel bout attaquer ma liste de choses à faire avant septembre(avec un déménagement à l’intérieur) mais en même temps je m’ennuie.
Tout mes proches sont partis et j’ai donc la possibilité d’organiser mon temps vraiment librement (ce qui est plutôt rare) mais déjà ils me manquent.
Comme Christopher je suis de celles qui promeuvent le bonheur dans l’indépendance et la solitude mais je suis aussi comme Jonathan Livingston le Goéland de Richard Bach j’ai besoin de partager pour pouvoir me perfectionner et je pense que c’est en allant à la rencontre des autres que l’on accède à sa légende personnelle.
C’est le genre de réflexion que l’on ne peut faire que dans une atmosphère dépouillée… La Bretagne m’a offert un cadre idéal et j’étais contente de pas vivre cela seule.
Les derniers mots du journal de Christopher McCandless vont dans ce sens : « Le bonheur n’est réel que quand il est partagé ».
Il n’était d’ailleurs pas seul dans cette quête de soi puisqu’il s’était entouré de plusieurs auteurs à qui l’on doit les nombreuses pensées que Sean Penn prête à Christopher dans son film :
« There is pleasure in the pathless woods,
There is rapture on the lonely shore,
There is society where none intrudes,
By the deep sea and the music in its roar;
I love not man the less, but Nature more. »
Lord Byron
Partager
Plus Ancien Plus Récent

5 Commentaires

  • Reply Isa

    Je n'ai pas lu le bouquin mais ait vu le film de Sean Penn qui j'ai bcp aimé mais qui m'a également donné un cafard monstre..
    Aller si loin pour se rendre compte que finalementle bonheur était juste là , à portée de main.
    Belle leçon de vie !
    Tes photos sont superbes.

    10 août 2010 at 9 09 49 08498
  • Reply D.

    Bienvenue Isa.
    Effectivement ce film fou le cafard pourtant il n'est pas triste. Tout au long du film je pense que l'on admire Christopher et on envie aussi un peu son courage.
    Et puis surtout on réalise que n'importe qui peut vivre seul, couper de tous, mais personne ne veut mourrir seul.
    Merci pour les photos, c'est dans ses moments que je ne regrette pas d'avoir mon appareil photo. Je serai incapable de décrire ces moments…

    10 août 2010 at 10 10 08 08088
  • Reply mariga(z)

    Idem qu'Isa, ai vu le film, n'ai pas lu le livre… qui m'a fait ressentir la même chose évidemment !

    Le bonheur c'est comme l'aventure… je ne conçois pas de partir à l'autre bout du monde seule. C'est un partage, et j'irai jusqu'à dire que la découverte de soi même passe aussi par les autres. L'extrême lucidité des « hermites »… est finalement contre nature, et ils parviennent pour la plupart à cette conclusion 🙂
    Après on s'enterre dans la philo..

    Dis moi, quel est cet endroit, la basilique ou église en ruine recouverte de végétation (très jolies photos au passage !) et le petit bassin ??

    J'ai été dans cette région il y a pas mal d'année (1994 sauf erreur) et depuis, n'y suis pas retournée ! Mais cela reste dans ma mémoire l'une des plus belles régions de France (sans oublier sa cuisine tout à fait à mon goût :)) ! Je m'étais fait un circuit « enclos paroissiaux » entre autre pfff… dont j'ai encore quelques photos !

    13 août 2010 at 7 07 50 08508
  • Reply D.

    S'enterrer dans la Philosophie, c'est exactement ça!

    Ce sont les vestiges de l'Abbaye Saint Guénolé à Landevennec. Le lieu abrite un musée vraiment ineteressant qui mêle histoire de la Bretagne et philosophie religieuse. Ensuite nous avons eu droit à eu visite guidée vraiment interessante qui nous a permis de comprendre en quoi ce lieu est unique.

    Le petit bassin c'est dans l'une de rue de Locronan le village où ont été tourné plusieurs films français dont Un long dimanche de fiançailles. C'est le bassin juste derrière la chapelle que l'on voit d'ailleurs dans le film.

    Tu comprends mieux la claque 🙂

    13 août 2010 at 8 08 08 08088
  • Reply mariga(z)

    Ehé ! Je suis allée à Locronan, voilà… Sinon, j'ai loupé l'abbaye St Guénolé (je note dans un coin de ma tête…) …

    Je n'ai pas (encore) vu Un long dimanche de fiançailles…mais ça viendra, sans aucun doute (toujours une longueur de retard ^^) …

    13 août 2010 at 8 08 47 08478
  • Laisser un commentaire