Follow:
Lecture

J’ai lu : Comme par magie d’Elizabeth Gilbert

Comme par magie livre elizabeth gilbertSi vous me suivez sur instagram vous savez que je me suis remise à la lecture avec succès cette année. Hé oui je ne fais pas que poster des photos de livres, je les lis aussi (si si) ! Malheureusement le temps me manque souvent pour vous en faire une revue, mais je compte bien me rattraper d’ici la fin de l’année et vous parler plus en détail des livres que j’ai pu lire ces derniers mois. Cette semaine je vous propose donc de découvrir Comme par Magie d’Elizabeth Gilbert (dont le titre original est Big Magic: Creative Living Beyond Fear), paru en 2015 aux États-Unis.

Ce livre figurait dans ma liste de livres à lire depuis plusieurs années, jusqu’à ce que je me décide à le commander le mois dernier auprès de ma libraire. Je suis une adepte de livres qui aident à développer/débloquer la créativité, ainsi que des cahiers d’exercices qui vont dans ce sens. J’en possède quelques uns mais ils sont tous en anglais…Il faut croire que cet exercice qui consiste à aider les gens à débrider leur sens artistique soit typiquement anglo-saxon, allez savoir pourquoi…Bien que ces ouvrages soient très bien faits, j’avoue qu’à un certain moment je me lasse. Je ne sais pas pourquoi, peut-être quelques spécificités de la langue qui me tiennent à l’écart de certains exercices ou conseils… Quoiqu’il en soit, je n’avais pas envie de me plonger dans un vieil ouvrage bien qu’inachevé. Parfois on a besoin de sang neuf pour aborder les choses autrement et j’ai décidé de voir ce que valait la version française du livre d’Elizabeth Gilbert paru en septembre 2015 aux éditions Calmann-Levy.

Avant de parler du livre en lui-même, je dois vous dire quelques mots sur son auteure : Elizabeth Gilbert est une romancière, essayiste et biographe américaine âgée de 47 ans. En 2006 elle publie Eat, Pray, Love : One Woman’s Search for Everything Across Italy, India and Indonesia, traduit en français (2008) sous le titre Mange, Prie, Aime. Le livre est traduit en plusieurs langues et se vend à plus de 10 millions d’exemplaires. C’est la consécration. J’ai lu le livre (et vu l’adaptation cinématographique), mais je n’ai pas aimé (ni l’un ni l’autre).

Dans Comme par magie Elizabeth Gilbert nous propose d’analyser le processus créatif et de nous pencher sur les différents freins qui peuvent parfois l’entraver. Une fois cet état des lieux fait, elle nous propose les clés qu’elle a elle même expérimenté pour retrouver confiance en soi et en ses projets. Pour cela elle se sert de sa propre expérience et remonte à son enfance, se confiant sur l’impact que son éducation et son environnement familial ont pu avoir sur son parcours créatif. Elizabeth aspirant à être écrivain depuis son plus jeune âge, il est beaucoup question d’écriture dans le livre; mais son expérience à quelque chose d’universel et peut être aisément transposée à d’autres métiers dits  » créatifs » et ainsi toucher et inspirer des personnes tournées vers d’autres formes d’art.

L’écriture est simple, pas du tout dogmatique et l’auteure nous abreuve de tranches de vie qui nous permettent aisément de nous identifier. Elle revient sur son parcours d’écrivain, semé d’embûches, de lettre de refus, de petits boulots, de piges et de doutes, jusqu’au succès complètement inattendu de Mange, prie, aime. Elle nous raconte les circonstances qui ont entouré l’écriture de ce livre, mais également celles de ces autres livres qui n’ont pas connu le même succès. On y découvre ainsi l’envers du décor et le blues de l’ écrivain que tout le monde attend au tournant. Le livre est alors l’occasion d’une réflexion sur soi en 6 parties, dont les titres parlent d’eux même :

  • Courage : trouver le courage de se lancer, quoi qu’il en coûte c’est de cela qu’il s’agit. L’auteure y détaille les sacrifices auxquels elle a consenti pour poursuivre son rêve et cite comme exemple des personnalités à succès qui ont elles aussi rencontré des difficultés avant d’être acclamées pour leur génie. On y croise Oprah Winfrey ou J.K Rowling…
  • Enchantement : c’est un peu la partie « magique » du livre, celle qui m’a réellement captivé et fasciné. L’auteure y parle de la notion d’idées. Quelle est leur force, comment parviennent-elles à nous…Elle y raconte notamment une anecdote particulièrement frappante sur un projet de livre sur lequel elle travaillait, mais qui comme par magie était quasiment le même que celui porté par une personne qui deviendra plus tard son amie et à qui elle n’en avait pourtant jamais parlé…Je ne vous en dis pas plus. Cette partie est divine !
  • Permission : l’auteure aborde ici le fameux « syndrome de l’imposteur » dont souffrent beaucoup de personnes qui souhaitent se lancer dans des métiers créatifs et en particulier les femmes. Elle y rappelle les conditionnements engendrés par une société sexiste et la nécessité du féminisme. Elle y démystifie également l’idéal de vie créatif que portent en eux beaucoup d’artistes comme un fardeau. C’est une partie très dynamique avec des exemples pratiques tirés de sa propre expérience ou de celles des artistes dont elle a croisé la route.
  • Persistance : là encore il s’agit de conseils tirés de sa propre expérience pour nous pousser à ne jamais abandonner, même lorsque l’on pense que sa capacité à créer est au point mort. Comment inscrire un projet qui demande un investissement humain, dans un quotidien où l’on consacre la majeure partie de son temps à son boulot ou à sa famille ? L’auteure nous démontrer qu’il est tout à fait possible d’y parvenir, à condition de ne pas être paresseux ni trop exigeant envers soi même.

la perfection est impossible à atteindre: c’est un mythe, un piège, une roue pour hamsters où vous-vous épuiserez à tourner jusqu’à la mort.

  • Confiance : l’auteure nous rappelle que la confiance en soi est le plus grand des moteurs.
  • Divinité : Ou la nécessite de croire en quelque chose qui nous dépasse…

Je ne connais pas vos capacités, vos aspirations, vos désirs les plus chers et vos talents les plus secrets. Mais à n’en pas douter, vous abritez en vous quelque chose de merveilleux. Je déclare cela en toute confiance, car je suis convaincue que nous sommes tous les dépositaires vivants de trésors enfouis. Je crois que c’est l’un des tours les plus anciens et les plus généreux que l’Univers joue aux êtres humains, autant pour son propre amusement que pour le nôtre : l’Univers enfouit profondément en nous des pépites singulières , puis il attend de voir si nous serons capables de les trouver. La quête pour découvrir ces pépites, c’est cela, une existence créative.

Comme par magie ne propose pas une solution clé en main et le titre a même quelque chose d’ironique quand on y pense après coup. Rien n’arrive vraiment par magie et l’auteure nous propose de travailler à rassembler les conditions pour que cette magie à laquelle nous rêvons tous au fond opère enfin.

J’ai vraiment trouvé l’ouvrage complet, accessible pour qui n’a jamais lu ou n’aime pas les ouvrages de développement personnel qui prennent des allures de livre religieux. Bien qu’il puisse parler à toutes les personnes dont la créativité est en berne, dans la mesure où l’auteure parle surtout de son propre cheminement, je pense qu’il sera plus efficace pour les personnes attirées ou impliquées dans un travail d’écriture (aspirant-e-s écrivain-e-s, scénaristes, journalistes, parolier-e-s…).

Pour vous procurer le livre en ligne, cliquez sur le lien ci dessous :

Comme par magie: Vivre sa créativité sans la craindre

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

  • Reply raphael

    Waouh
    Tu as toi même une belle plume Daniel.
    En tout cas tu m’as donné envie de me le procurer

    18 mai 2017 at 14 02 44 05445
    • Reply D.

      Merci Raphael j’espere qu’il te plaira autant qu’à moi

      19 mai 2017 at 21 09 39 05395

    Laisser un commentaire