Follow:
Lecture

« Les autres » de Alice Ferney


« Je ne cherche pas à me rendre sympathique.
J’impose ma volonté mieux que la plupart des gens, je sais ce que je veux et lorsque je désire quelque chose, posséder, faire, connaitre, je n’ai ni doute sur mon appétit, ni hésitation sur mon action.
J’agis dans le sens de ma satisfaction. Cela fait de moi ce que les autres appellent selon la complexité de leur vocabulaire : un égoïste, un salaud, un enfant gâté , un prédateur, un tueur.
Pourquoi cela me fait-il sourire ?
Parce que je crois tout le monde est pétri de cette même matière avide, mais certains sont plus hypocrites que moi. »

Alors que je tente d’avaler en quelques stations de métro les dernières pages qui me séparent du mot FIN, une jeune femme derrière moi m’interrompt timidement en me demandant quel est l’auteur de ce livre.
Comme pour se dédouaner d’avoir lu sur mon épaule elle me dit : « j’ai lu quelques lignes et ça semble vraiment intéressant »
Ça l’est vraiment lui dis-je en lui présentant la couverture afin qu’elle puisse noter dans son petit calepin le nom d’Alice Ferney.
Je ne lui en veut pas du tout et sa réaction est la même que j’ai eu en parcourant les premières pages du roman.
C’est l’histoire de plusieurs personnes à la fois, qui en réalité est l’histoire du genre humain.
Leur vie va être bouleversée au cours d’une soirée durant laquelle l’un d’entre eux se voit offrir un jeu de société.
Au cours de cette soirée d’anniversaire qui se déroule dans la maison familiale, Alice Ferney va s’attacher à décrire les évènements à l’aide de mots, de pensées et d’émotions traduites de façon tellement précise que l’on frôle la psychologie tout en restant dans le romanesque.
Nos rapports aux autres, pas toujours sains, souvent faussés par les liens que l’on entretient avec eux sont le ciment de ce livre.
L’écriture est simple, jamais torturée malgré le sujet complexe que représente « les autres »
Même si je regrette un peu la fin, trop lyrique à mon goût, je ne peux que saluer le talent de l’auteur qui signe là un roman d’une extrême qualité…humaine.
C’est certain, après avoir lu ce roman, vous ne regarderez plus « les autres » de la même façon.
Les autres, Alice Ferney

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Vous aimerez aussi

3 Commentaires

  • Reply donutsbaby

    Je prends ton commentaire un peu comme un compliment, merci. Surtout que c’est un texte pas « travaillé » du tout (comme je pouvais le faire avant avec mes rimes), hier j’ai laissé aller les lettres, et c’était tout.*Le lien avec les autres, sujet assez complexe, le livre m’a l’air intéressant, je vais faire des recherches pour lire des extraits etc, et surement le lire. Merci de nous faire partager tes tranches de lectures, tes tranches d’écritures, de découvertes, et puis voilà 🙂

    15 août 2008 at 9 09 55 08558
  • Reply Bouffeuse de vie

    Oui c’est un compliment, tu es la bienvenue.Tout le plaisir est pour moi, et puis voilà:)au plaisir de te lire bientôt…

    15 août 2008 at 17 05 25 08258
  • Reply Café Mode

    Tu me donnes envie de le lire. As-tu lu La conversation amoureuse du même auteur ? C’était sublime. Alice Ferney est effectivement très forte pour mettre de mots sur la psychologie humaine. Dans la guerre, un autre de ses romans, semble moins bon en revanche…

    18 août 2008 at 6 06 50 08508
  • Laisser un commentaire