Follow:
Non classé

Latest ♥ : Fashion is (also) Black !

A défaut de pouvoir me rendre en Afrique du Sud pour le Mondial de Football, je saute sur tout ce qui y ressemble ou en l’occurrence tout ce qui en parle!
C’est que l’Afrique du Sud est une destination dont je rêve depuis que j’ai lu « Histoire de la femme Cannibale » de Maryse Condé, pas vraiment le genre de roman qui vous donnent envie de visiter un pays, mais allez savoir ce que je couve, n’ai-je pas eu envie d’aller en Inde après avoir lu « La cité de la joie »?
Quoiqu’il ne soit, je reste persuadée que ce pays vaut vraiment le détour et ce que je lis, écoute ou vois là et là ne fait que me conforter dans ce rêve que je caresse délicatement…

Une fois n’est pas coutume, les magazines jonchent le sol de mon petit studio et je ne trouve pas le temps d’en parcourir sérieusement un seul !

Même le hors série de  Femme Actuelle intitulé si justement « Black Beauty », je me suis contentée de le feuilleter alors c’est vous dire!
Pour une fois que l’on parle des noirs dans un médias, je me contente de le survoler, c’est un comble !
En même temps je ne suis pas particulièrement fan des magazines « catalogue » sans véritable ARTICLE de fond et qui prennent purement et simplement leurs lecteurs pour des porte-monnaies sur pattes.
J’entends déjà d’ici les critiques fuser : »Ho pour une fois que l’on fait quelque chose sur nous/vous ».
Très bien, mais si on le faisait bien ?
Côté visuel rien à redire, mais côté contenu, vous m’excuserez mais étaler de la publicité sur 130 pages avec quelques conseils tellement généraux qu’ils font office de lieux communs, ne justifie pas le prix de 4 €.
Pas une seule véritable série mode et des clichés sortis tout droit de banques d’images.
Où est le véritable travail journalistique dites-moi ?
D’ailleurs aucun papier n’est signé…
Bref j’avais décidé de ne pas faire de publicité à ce magazine et me voilà lâchée.
Cela était nécessaire à mon avis pour vous présenter un véritable magazine qui parle des noirs et essaye tant bien que mal de le faire bien.
Je suis son évolution depuis le début et je ne suis pas fondue de tout : plus un problème de cible dans laquelle je ne me reconnais pas qu’un problème de fond.
Mais je salue le travail et l’implication de ses rédacteurs dont je crois savoir qu’ils sont jeunes pour la majorité et surtout autodidactes.
Ce numéro est ce que j’appelle le « corrigé » de tout ce qui a été tenté jusque là touchant à l’esthétisme afro et avec des moyens colossaux.
Depuis quelques années et notamment au travers de mon autre blog, je milite activement pour une redéfinition de l’esthétisme Afro. Un retour aux fondamentaux.
Difficile à expliquer à des personnes qui ont été nourries aux images uniformes  ou stigmatisantes véhiculées par les médias et notamment les magazines.
Ce numéro du magazine Fashizblack est exactement ce que j’aimerais voir ou lire plus souvent dans les autres magazines qui tentent le coup (de poker) de parler de noirs : de la mode par ceux qui la font (les créateurs africains) et ceux qui la portent (les mannequins noirs ( Oui, oui ça existe!!!), de la culture et beaucoup de culture parce que oui les noirs ne s’intéressent pas qu’au football et à la (mauvaise) musique.
Bref ceci est post coup de coeur donc censé être relativement court, mais je tenais vraiment à vous montrer la différence entre une action opportuniste et une action sincère et par conséquent passionnée.
La qualité s’en ressent, croyez-moi !
Je vous laisse découvrir le site et l’univers du magazine en ligne Fashizblack et  reviens dans quelques jours pour vous parler au choix : d’une chanteuse, d’un livre, d’une ville ou d’un lieu selon mon humeur.
Mais d’ici là, méfiez-vous…Des contrefaçons !
Partager
Plus Ancien Plus Récent

2 Commentaires

  • Reply Maybach Carter Ewing

    Hey Deeeee *cri hystérique*

    Je passais pour commenter le post que tu m'as annoncé sur le Femme Actuelle et que vois-je ???

    Cà fait telleemeeeeent plaisir, merci merci merci. Pour la petite histoire, je ne suis pas absolument satisfaite de ce numéro, j'voulais encore corriger tellement de choses mais si malgré tout il a plu, çà fait au chaud au coeur.Bon, trève de nombrilisme.

    Tes remarques sur le black Beauty étaient on ne peut plus justes. Je ne pense pas que tu sois trop « exigeante », je pense tout simplement que malheureusement, on a été tellement habitué à de la mauvaise qualité que lorsqu'un magazine/numéro para$it de loin correct, on s'en réjouit automatiquement. Mais c'est vrai que j'ai moi même remarqué que les articles n'étaient pas signés, les photos un peu trop floues comme je l'ai signalé ( les banques d'image sont donc justifiées ) et le fond est à revoir. La forme/la surface était bonne mais le fond a surement quelques imperfections.
    Moi, ma question est de savoir qu'est-ce qui provoque cette soudaine prise de conscience d'un lectorat noir ? Un collègue m'a dit « La coupe du monde en Afrique », çà semble la seule explication plausible.Maintenant attendons de voir ce qui va se passer après. Mais puisque tu m'as l'air d'en savoir un peu plus, pardonne ma curiosité mais quels étaient les buts de ce hors-Série ? Tester le marché ? Faire un coup d'éclat médiatique dans le cadre d'une campagne globale ? j'avoue que la question me travaille un peu. Ce serait venu de la part d'un ELLE ou d'un GLAMOUR, çà ne m'aurait pas surprise. Mais FEMME ACTUELLE ? Humm…

    22 mai 2010 at 16 04 54 05545
  • Reply D.

    😀 C'est sincere Maybach.
    Forcément on ne peut pas toujours être satisfait à 100% de son boulot, et heureusement, cela prouve que vous êtes éxigeants donc vous ne pouvez que tendre vers le miex!

    Effectivement, je pense que les gens ont trop été habitués à des contenus de mauvaise qualité ou àdes initiatives avortées. C'est pour ça que ce hors série apparait(à tort)comme le Messie qui va révolutionner la presse Afro.
    Que nenni.
    Les articles ne sont pas signés car ce n'en est pas.
    Ce qui fait toute la différence …
    Je pense que ce numéro est le fruit d'une étude de marché très poussée des habitudes de consommation des femmes afro et qu'en pleine crise de la presse écrite il faut trouver l'argent où il se trouve.
    4euros pour un numéro qui est innondé de pub sous pretexte de conseils pratiques c'est quand meme bien trouvé.
    Je ne pense pas qu'il s'agisse des prémisse d'une campagne globale,mais une prise de conscience qu'il faut désormais trouver l'argent où il se trouve c'est à dire également dans les marché de niche…

    24 mai 2010 at 14 02 34 05345
  • Laisser un commentaire