Follow:
Restos

Le charme du Delyan

 J’ai pris la (très) mauvaise habitude de donner des RDV presque pro dans un certain Starbucks juste parce qu’il est idéalement situé, facile à trouver et pile poil sur ma ligne de métro.
En réalité il s’agit d’une bonne vieille habitude estudiantine dont j’ai du mal à me défaire.
Sauf que mes rendez-vous ce sont multipliés et comme je suis toujours très en avance, je me suis rendue compte que boire dans un gobelet en papier pendant 30 minutes ça allait deux secondes et puis hormis notre « au lait « (même si il parait que c’est pas bon pour le foi) du weekend et l’immonde Capuccino de la machine du boulot (dont personne ne semble pouvoir se passer) je ne bois quasiment plus de café.

J’ai donc cherché un endroit dans lequel je pourrais :

1/boire du thé(du bon thé!), mais qui ne soit pas trop proutprout histoire de discuter droits d’auteur sans dévier sur la tête trooooooppp mignonne des Cupcakes (que je déteste finalement).
2/boire dans une véritable tasse (peu importe son design) et sentir les effluves du thé qui infuse dans la théière.
3/ en placer une (cf Le détestable Loire dans la théière) sans avoir à me pencher vers mon interlocuteur.
Le tout dans le périmètre Les Halles/Rivoli parce que même si ce duo a désormais mauvaise presse, en termes de commodité qui arrange tout le monde on  a pas trouvé mieux.
Et puis de toute façon j’aime tout ce qui touche de près ou de loin à la rue de Rivoli.
La preuve avec le Deylan qui se trouve précisément rue Saint Martin, soit à quelques mètres du terminus d’un fameux bus dans lequel je passe plusieurs heures par semaine et duquel je sors toujours un peu vaseuse et sans l’envie de rentrer tout de suite chez moi.
Le Deylan c’est donc mon D-ernier « lucky find« .
L’endroit est tellement discret qu’il ne faut pas compter sur l’affluence pour vous guider et vous faire flancher si vous hésitez à y entrer entrer.
Enfin j’y suis allée une fois en journée, et un dimanche en fin d’aprem et dans les deux cas c’était pépère!
Très raccord avec la déco qui réunit tous les codes de l’ambiance bourgeoise bohème si chère aux habitués du quartier avec une discrétion qui préserve cependant l’authenticité du lieu.
Avant que la serveuse me rapporte mon petit plateau, je suis à deux doigts de me dire que c’est le genre d’endroit qui mise tout sur la déco, assuré de devenir populaire grâce au snobisme parisien (Oui le bobo est un nouveau snob, et la déco de récup le dernier must have!).
L’odeur du thé Asiatique, dont je ne me souviens plus du nom mais que j’ai choisi parce que je le trouvais marrant m’arrache à mes réflexions critiques anticipées et j’ai à peine trempé mes lèvres dans ma tasse, que je bave déjà sur la théière de Mo elle-même en extase.
Oui le thé est vraiment délicieux et Mo exige d’en ramener chez elle (humm plutôt cher).
Les pâtisseries sont plutôt classiques mais faites maison et de façon parfaitement correcte.
Mention spéciale pour le cake au Nutella (dont la compo comporte du Nutella) réconfortant les jours de grosse déprime ou de stress en prélude d’un rencontre avec Pierre Assouline (aheum…) .
On peut également y déjeuner léger et d’inspi italienne avec un deux Focaccia à la carte et très comme il faut(tomate mozza pour moi!) des salades, des pâtes ou des tartes salés.
Le tout arrosé d’un thé glacé fruité vraiment sympatoche!
 Les prix sont vraiment abordables pour le quartier et les petites bourses comme celles des étudiants qui y trouveront un lieu de  détente avant ou après Beaubourg (ou en cas de Beaubourg buissonnière comme nous faisions souvent mes amies et moi ).
Le lieu est même doté du Wi-Fi, c’est vous dire si ils ont tout compris !
Reste plus qu’à tester le brunch !
En somme un endroit assez simple, pas du tout prétentieux qui j’espère le restera.
DELYAN HÔTEL DE VILLE
8, Rue Saint-Martin 75004 Paris
Partager
Plus Ancien Plus Récent

5 Commentaires

  • Reply Fenêtre sur le Monde

    Beaucoup de RDV professionnels se font dans des cafés de nos jours. Je pense que ça n'a rien de spécifique à la vie étudiante et cela est encore plus vrai aux USA.

    7 juin 2010 at 14 02 16 06166
  • Reply D.

    Oui en effet ça n'a rien de spécifique à la vie étudiante, mais la popularité du Starbuck en France lui doit beaucoup.
    J'aurais aimé recontrer P. Besson mercredi et le thème est vraiment interessant, mais malheureusement je ne pourrai pas.
    Je note cet agenda!

    7 juin 2010 at 14 02 43 06436
  • Reply mariga(z)

    Je n'aime pas le café dans les Starbuck…. et même en ayant été à Seattle (la ville où sont né les « Strasbuck ») jusque Salt Lake City (là c'est plus compliqué les mormons ne sont pas clients, car ne « boiraient » pas de café ??) j'ai évité le Starbuck pour des endroits plus conviviaux, avec le bon regular américain comme j'aime (insipide quoi ;-))

    7 juin 2010 at 18 06 32 06326
  • Reply mariga(z)

    PS La déco et l'atmosphère de ce café sont en effet propices au repos, au rendez-vous, au surf, …

    7 juin 2010 at 18 06 33 06336
  • Reply D.

    Moi j'aime bien le café du Starbuck justement mais je n'aime pas la façon dont il est traité. Tous ces mélanges ses contenances etc. mais c'est typiquement latin en même temps.

    8 juin 2010 at 12 12 41 06416
  • Laisser un commentaire