Follow:
Cinéma

Le Huis-clos « Buried » de Rodrigo Cortés♥♥♥

Le « Huis clos » , voilà un genre que j’affectionne particulièrement au cinéma et qui contrairement à ce que l’on pourrait penser n’enferme absolument pas le réalisateur, ni d’ailleurs le spectateur.
Il suffit de se remémorer quelques films qui utilisent ce procédé narratif pour s’en convaincre :  « Fenêtre sur cour » d’Alfred  Hitchcock (1954), « Les autres » d’ Alejandro Amenábar (2001), « Huit femmes » de François Ozon (2002), la série des « Cube » sont des films que j’ai beaucoup aimé !
Les plus emblématiques du genre étant pour moi « Panic Room » de David Fincher(2002) et « Phone Game » de Joel Schumacher la même année (2002 fut un très bon cru pour le cinéma 🙂 ). Des films allant de l’horreur au drame en passant par le comique de situation comme dans le « Dîner de cons » de Françis Veber (1998).

J’ai été tentée l’espace d’un instant de dresser un portrait croisé Buried/Phone Game, mais le film de Schumacher ne tient pas pour moi la comparaison.
Même si l’on retrouve dans « Buried » les bons vieux ressorts du huis-clos à tendance thriller (l’individu doublement pris au piège de l’espace et de son agresseur qu’il se contente alors d’imaginer, ce qui augmente la tension narrative et permet de minimiser les dialogues) force est de constater que Rodrigo Cortès qui est par ailleurs fan d’Alfred Hitchcock le mène à son paroxysme en relevant le défi cinématographique de dérouler son film en un seul et unique espace aussi réduit que surprenant, aussi osé que terrifiant !
Alors que des tierces interviennent dans l’action (Déportant par exemple le « conflit » sur le terrain sentimental ou sociétal comme dans « Phone Game » ou « Panic Room » dans lesquels les aller-retour sont fréquents) des films cités plus haut, Buried ne change à aucun  moment d’acteur ni de décor.
Ryan Reynolds est définitivement, tragiquement et brillament seul !
Durant 1h35 le spectateur assiste au supplice de Paul ingénieur américan enterré vivant dans un cercueil au coeur du désert irakien avec pour seule arme de survie quelques accessoires et un téléphone portable dont la batterie décline…
Claustrophobes s’abstenir  !
Ce film n’est pas un classique du genre, c’est un exercice de style aussi bien pour le réalisateur que pour Ryan Reynolds  dont la filmographie pourra désormais compter un chef d’oeuvre.
Pour la cinéphile que je suis il s’agit d’ une démonstration magistrale (sans effets spéciaux !) de ce que le cinéma de suspens peut nous offrir de meilleur (ou de pire !).
Je recommande !

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, vous trouverez ici une liste intéréssante de films dans la catégorie huis-clos.

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Vous aimerez aussi

3 Commentaires

  • Reply La Chroniqueuse en catimini

    Intéressant, je me tâte depuis quelques jours à aller le voir…

    13 novembre 2010 at 18 06 14 111411
  • Reply Hak'

    Je me demandais si j'allais le voir (j'avais particulièrement aimé Phone Game) et tu m'as convaincue!

    Me manque plus qu'à trouver le temps pour placer une séance avant ou après le boulot…
    (désormais je lirai TOUTES tes chroniques ciné, celle sur « Vénus Noire » m'aurait peut-être préparée à la légère déception que j'ai ressenti en le voyant hier)

    14 novembre 2010 at 8 08 58 115811
  • Reply D.

    Welcome les filles!
    Oui je vous le recommande, il est vraiment pas mal ce film et puis si tu as aimé Phone Game Hak, tu ne peux pas passer à côté de Buried 🙂
    Echanger sur le ciné c'est vraiment ce que je préfère sauf que mes amis au delà du j'aime ou j'aime pas ça les branche pas trop :S
    Du coup je blogue ici!
    Et puis pour Venus noire, pareil…

    14 novembre 2010 at 10 10 29 112911
  • Laisser un commentaire