Follow:
Lecture

Les lais de Marie Ndiaye

Je n’avais jamais lu de Ndiaye et j’ai abordé ce roman sans a priori ou si peut être, la volonté qu’il soit à la hauteur du prix littéraire français le plus majestueux: Le Goncourt.
La vérité est que je ne fais pas confiance aux prix. Même si force est de constater qu’ils se gourent rarement, il y a toujours une année où ça respire le prix opportuniste à plein nez.
Au fond j’ai lu ce livre avec l’espoir que Marie Ndiaye ne l’ait pas volé…

Pourquoi?
Parce que j’avais entendu dire que ce roman parlait de femmes africaines, et qu’elles sont trop rarement à l’honneur dans la littérature française pour faire l’objet d’un coup de projecteur au rabais .
Mais cela c’était bien avant la saga « Marie Ndiaye contre le Sarkozysme qui ganrènne la France« , et  les médias trop contents de mettre de l’huile sur le feu.
Fort heureusement lorsque l’on se plonge dans le roman on oublie vite la polémique qui il faut le préciser n’a strictement aucun rapport avec son contenu.
Trois femmes puissantes est un roman qui raconte trois histoires de femmes (supposées) puissantes selon l’angle de lecture que l’on adopte…
Pourtant, je ne leur ai rien trouvé d’exceptionnel à ces femmes aux prises avec les tourmants (juxtaposés) de leurs vies respectives.
J’ai même trouvé qu’à certains moments le récit tombait dans l’anecdotique.
Ce que l’écrivain Mongo Beti décrivait et dennonçait comme relevant du  folklore africain: L’immigration, les rapports entre hommes blancs et femmes noirs et vice versa, les maux qui minent le brassage ethnique, les maux de l’occident, la pauvreté, le racisme ordinaire, la domination silencieuse, les complexes physiques et psychologiques, la recherche identitaire etc.
Des thèmes tellement(mal) utilisés qu’ils sont usés et usants pour le lecteur. 

Tout cela aurait donc pu être d’un ennui mortel, mais c’était sans compter sur le talent de Marie Ndiaye qui réalise pour moi une prouesse littéraire que l’académie ne pouvait ignorer. 
C’est qu’il faut passer le seuil de la langue pour comprendre de quoi il en retourne, et je dirais que c’est ce qu’il y a de plus difficile mais paradoxalement de plus brillant dans cette oeuvre.
j’ai voulu plusieurs fois abandonner avec l’impréssion de ne pas savoir où l’auteur voulait en venir, mais galvanisée par une écriture dans un français brillant où les figures de style s’enchâinent et s’entremêlent, un vocabulaire désuet qui relève le récit( au lieu de le plomber) et lui donne même une aura de mystère, j’ai poursuivi.
Non sans mal, parce que le niveau de langue est parfois tel que l’on frôle l’innaccessible, mais l’on  retombe fort heureusement réulièrement sur ses lignes avec un élément, une mention  dans l’histoire qi attise la curiosité du lecteur et crée même du suspens. 
Trois femmes a priori puissantes mais dont les récits ne cotoient pas vraiment le champ lexical de la puissance ou même du pouvoir.
Trois femmes qui semblent impuissantes face aux evenments, et pourtant… 
C’est en cela que ce roman est original et qu’il est à lire pour qui est un tant soit peu amoureux de la langue francaise.
 
Trois femme puissante a été sanctionné par la récompense suprême: le Goncourt.
Une récompense qui a sucsité la controverse comme en son temps Marie de France et ses Lais .
Mais peut etre est-il utile de rappeler que ce prix prestigieux a été crée à l’origine pour récompenser le « meilleur ouvrage d’imagination en prose, paru dans l’année« .
D’où peut-être aussi le titre étrange de mon post.
Partager
Plus Ancien Plus Récent

4 Commentaires

  • Reply nubiennes

    Je n'aime pas les Ndiaye surtout le frère .Par contre cette pointe d'anti-sarkozysme et la franchise de l'intéressé m'a plu .
    Elle figurait de surcroit sur mon blog bien avant cette leuco-consécration . Malheureusement je n'ai lu aucun de ses livres .Je l'avais pour ainsi dire oublié .
    L'ouvrage que je voulais commencer est « mes étoiles noires » avec à la préface une belle dédicace de Mr Thuram .
    D'ailleurs sa signature est un peu énigmatique parce qu'il m'a dessiné un coeur .
    Sur le coup je me suis dit « mais c'est un truc de fille ça » .
    Je n'ai pas eu le temps de discuter avec lui ,il y avait tant de personnes avec des comportements déplacés .
    Un footballeur qui ne parle pas qu'avec ses pieds donc pas bête comme ses pieds .
    Le discours est parfois très lissé mais il a son petit succès et il a un capital sympathie .
    Ton article m'aura permis d'avoir un avis précieux sur l'ouvrage .Je sais que je ne risque pas de perdre mon temps .Enfin quelques heures parce que je lis toujours les livres d'une traite .

    7 mars 2010 at 18 06 56 03563
  • Reply free

    pourquoi tu la traite de « traitre »?
    (je n''ai pas lu le livre)

    13 mars 2010 at 2 02 54 03543
  • Reply D.

    @Free: je ne comprends pas le sens de ta question, je ne vois nulle part le mot traitre ou peut etre a tu mal lu le com de nubiennes qui dit lire les romans d'une seule « traite » c'est à dire en quelques heures et non pas « traitre ».

    13 mars 2010 at 5 05 13 03133
  • Reply frida

    soooooooooorrrrrrrrrrryyyyyyyyyyyyy
    pardon pardon!!!!jai lu trop vite
    pr mexcuser une video « sympa »

    http://www.youtube.com/watch?v=aPjWzcyAMHU

    14 mars 2010 at 7 07 22 03223
  • Laisser un commentaire