Follow:
Life etc.

Ne plus rechercher (systématiquement) l’approbation des autres

motivation quote

Il y a quelques jours une amie me demandait des conseils sur sa future coupe de cheveux. En réalité elle avait une coupe en tête depuis un moment et elle souhaitait savoir si je pensais qu’elle lui irait. J’ai toujours du mal à répondre à ce type de requête. Ou disons que la réponse que j’y apporte ne satisfait que rarement mes interlocuteurs. Pourquoi ? Parce que je leur explique que si ils ont envie de changer de tête, la décision leur appartient et à eux seuls. Je ne dis pas cela de manière abrupte et j’essaie toujours d’y mettre les formes, parce que je sais que la personne qui pose cette question le fait dans un but précis : obtenir mon approbation.

J’ai bien conscience qu’il est parfois difficile de prendre des décisions de son propre chef, mais j’ai appris très tôt (je vous en parlais dans ce billet ) qu’il était capital de s’y appliquer.

Ce n’était pas la première fois que cette amie sollicitait mon opinion au sujet d’une envie de changement capillaire; pour l’achat d’un nouveau vêtement ou pour des choses plus importantes. Je n’ai jamais vraiment réussi à la satisfaire et je sais qu’elle a pris pour habitude de réaliser un petit sondage autour d’elle afin de pouvoir se ranger du côté de la majorité.

Forte des enseignements tirés d’une introspection que je venais de mener sur ma propre personne, j’ai décidé d’aller un peu plus loin avec elle et de lui expliquer à quel point il était important qu’elle arrive à se détacher du regard des autres et prendre des décisions en son âme et conscience. En d’autres termes, elle ne devait plus rechercher l’approbation des autres. Elle devait se faire confiance, suivre ses envies, faire ses erreurs, les assumer et en tirer des enseignements.

On peut se dire que s’agissant d’une coupe de cheveux il n’y a rien de dramatique à demander l’avis des gens qui nous entourent; qu’après tout il ne s’agit que d’une coupe de cheveux, pas de quelque chose qui va changer le cours de l’histoire. Hé bien je ne suis pas de cet avis. Une coupe de cheveux participe de l’identité de tout individu au moment où il la porte. Si l’envie de vous couper les cheveux vous a traversé l’esprit et si cette envie ne vous quitte plus, vous devez y donner libre cours quoi qu’en pensent les gens autour de vous. Ce qu’ils en pensent n’est que l’expression de leur propre personnalité, leur « rêve personnel » pour citer Don Miguel Ruiz*. Leur accord ou leur désaccord ne dit rien sur/de vous; quand bien même il s’agirait de personnes dont vous êtes extrêmement proches et qui vous connaissent par cœur.

Chaque personne est unique et agit selon un schéma qui lui est propre. Elle pourra vous dire en effet que les cheveux courts ne vous iraient pas. Elle n’aurait pas raison. Dix personnes pourraient vous dire que les cheveux courts  ne vous vont pas, elles n’auraient pas plus raison. Vous êtes la seule personne autorisée à tirer une telle conclusion !

Votre corps, vos règles

Lorsque j’ai expliqué à mon amie qu’il était dommage qu’elle conditionne ses choix et ses élans à l’approbation des autres, elle m’a répondu : « Mais tu me connais, j’ai toujours été comme ça ». Je lui ai répondu : « Oui je sais et je sais aussi que cette manière d’être t’empêche d’être complètement épanouie et te rend même parfois malheureuse. Il n’est pas trop tard pour essayer de changer ». Je lui ai dit que si elle avait envie de se couper les cheveux elle devait sauter le pas et c’est uniquement après l’avoir fait qu’elle pourrait décider seule devant son miroir si le résultat lui plait (Bon en matière de cheveux je sais d’expérience qu’il faut parfois quelques jours pour se faire à un changement ).

Ne pas rechercher systématiquement l’approbation des autres, c’est se faire face. Se faire confiance. C’est la meilleure manière de se trouver et de se forger sa propre personnalité. C’est récupérer un pouvoir auquel vous avez renoncé en le mettant entre les mains des autres : celui d’être soi même en toute circonstance. C’est ce que l’on appelle l’authenticité, cette qualité supérieure que l’on recherche en chaque chose et en chaque personne.

Alors attention, je ne dis pas qu’il ne faut accorder aucune valeur à l’opinion des autres et qu’ils ne faut jamais demander l’avis des tiers. Mais il est important de faire la distinction entre un avis-qui va vous aider à prendre une décision en cas de tergiversation (ou à y voir plus clair lorsque c’est le brouillard )-et l’approbation qui consiste à remettre entre les mains des autres le pouvoir de décision qui vous appartient.

Lancez-vous ! Allez à la conquête de vous même. Cela peut passer par une nouvelle coupe de cheveux, par un rouge à lèvres que vous appréciez énormément chez les autres mais que vous n’osez pas arborer; ou tout autre décision plus ou moins capitale. Gardez toujours en tête que rien n’est figé, vous pourrez toujours rectifier le tir si cette coupe ne vous va pas ou si vous réalisez que vous aviez idéalisé cette nouvelle orientation professionnelle qui au final ne vous convient pas. Vous aurez au moins essayé et cela c’est le plus important !

Selon une étude menée auprès de personnes âgées dans une maison de retraite aux États-Unis, à la fin de leur vie, les gens regrettent beaucoup plus les choses qu’ils n’ont pas osé que celles qu’ils ont tenté sans succès. Cela donne à réfléchir n’est-ce pas ?

Si j’avais dû obtenir l’approbation des gens pour chaque décision dont je peux dire aujourd’hui qu’elle a changé ma vie, je vous assure que je n’aurais pas fait grand chose. Si j’attendais à chaque fois que les autres me disent  » tu en es capable », « oui cette coupe t’irait bien », « oui tu fais bien de te lancer », alors je serais passée à côté d’une montagne de petits et grands bonheurs qui ont émaillé mon existence et qui font dire aux gens qui m’entourent  » mais toi tu as confiance en toi ça n’est pas pareil ».

Je suis comme tout le monde, je doute souvent, mais j’ai appris une chose : on ne peut pas s’en remettre complètement à autrui pour prendre des décisions qui nous concernent au premier chef.

Pour des raisons liées à leur propre histoire personnelle, certaines personnes seront incapables de vous encourager. Non pas parce que vous ne le méritez pas, mais parce qu’elles se sont construit au fil du temps leur propre zone de confort. J’ai appris en côtoyant ces personnes qui sont constamment dans la critique (dont elles disent qu’elle est constructive ou légitime) ou dans la négation (« tu ne devrais pas »), qu’il n’y fait pas bon vivre (dans leur zone de confort). Ne prenez pas leur remarques de manière personnelle. Elles en disent beaucoup plus sur elles que sur vous.

Écrivez votre propre légende, la vie vous récompensera.

*Pour aller plus loin je vous recommande la lecture du livre Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle de Don Miguel Ruiz.

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Vous aimerez aussi

7 Commentaires

  • Reply odile

    J ai commencé à te suivre il y a peu ,très bel article!

    19 juillet 2016 at 8 08 57 07577
  • Reply Kia

    Merci pour ce bel article

    19 juillet 2016 at 9 09 59 07597
  • Reply Oréo

    Cet article tombe à pic ! J’ai tendance à remettre mon pouvoir de décision enotre les mains d’autrui pour beaucoup de choses, surtout les décisions importantes mais j’ai décidé de changer. Merci pour ce billet qui sonne comme un encouragement !

    19 juillet 2016 at 10 10 43 07437
  • Reply JOJO

    Je partage tout à fait ton point de vue!!!Bel article!Merci.

    19 juillet 2016 at 19 07 36 07367
  • Reply Lucrèce Pal

    Bien dit ,essayer toujours essayer …

    23 juillet 2016 at 13 01 18 07187
  • Reply Best of D. - Maxi Best-of #1

    […] encore trop dépendantes de l’approbation des autres (un sujet que j’abordais avec vous ici […]

    21 novembre 2016 at 20 08 16 111611
  • Reply Marie

    La légende personnelle… Ça m’a fait pensé à Paolo Coelho et son livre  »Le manuel du guerrier de la lumière ».

    2 avril 2018 at 19 07 18 04184
  • Laisser un commentaire