Follow:
Life etc.

Rama Yade pour I Am Divas Magazine ou le pouvoir de l’image

I AM DIVAS MAGAZINE RAMA YADE

Cette couverture n’a pas pu vous échapper : pour son numéro d’octobre-novembre 2016 le magazine I Am Divas met à l’honneur Rama Yade. Un choix qui est loin d’être passé inaperçu puisque depuis sa sortie la couverture a provoqué un buzz totalement inédit dans les annales du magazine. A peine dévoilée, elle a fait le tour des réseaux sociaux avec force de commentaires positifs sur la nouvelle apparence de la femme politique française. Il faut dire que celle qui fut secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme de 2007 à 2009, puis secrétaire d’État chargée des Sports jusqu’en 2010, y apparait particulièrement radieuse. En rupture totale avec les photos ou captations d’apparitions télévisées sur lesquelles les internautes lui ont souvent reproché de ne pas être à son avantage.

C’est essentiellement son maquillage, jugé non adapté à sa carnation de peau qui lui était jusque-là reproché ; les internautes n’hésitant pas y aller de leurs plaisanteries et moqueries parfois cruelles. Une image esthétique peu flatteuse dont elle ne semblait pas souffrir et qui n’a jamais constitué un frein à ses ambitions politiques. Ayant baigné depuis sa plus tendre enfance dans un milieu érudit et s’étant elle-même illustrée très tôt par un parcours académique puis professionnel sans faute, porter un fond de teint qui complimente sa carnation était sans doute le cadet des soucis de Rama Yade.

Et c’est là qu’à mon sens le bât blesse. Si l’habit ne fait pas le moine et le maquillage la parfaite oratrice, nul ne peut nier l’impact de l’image dans le leadership. Mise à part les quelques déconvenues qu’elle a rencontré ces dernières années, jamais on avait autant parlé de Rama Yade en si peu de temps (et en bien) ! Un coup de pub inespéré auquel n’aurait pu rêver le/la meilleur-e des publicistes. (Vous savez ces personnes qui passent leurs journées à passer des coups de fil et envoyer des mails à la presse pour présenter l’actualité de leurs protégé-e-s espérant une publication, une interview, une citation ou une invitation à s’exprimer sur un plateau de télévision). Incroyable coup de boost donc pour la candidate aux prochaines élections présidentielles.

Hasard du calendrier ou nouveau look pour une nouvelle orientation politique ? En tout cas que ce soit pour le magazine (qui affiche une nouvelle formule), ou pour Rama Yade, on peut dire que l’occasion fait le larron. En effet depuis quelques semaines l’ex protégée de Nicolas Sarkozy s’est lancée dans une course aux parrainages en vue de voir sa candidature validée pour l’élection présidentielle 2017. A la tête de « La France qui ose » le mouvement politique qu’elle a créé pour dit-elle s’affranchir des frontières traditionnelles de la droite et de la gauche, Rama Yade aura fort à faire pour se faire entendre.

I AM DIVAS MAGAZINE RAMA YADE

©IAM DIVAS MAGAZINE

Les politiques les plus ambitieux l’ont compris depuis de nombreuses années : avant de se faire entendre il faut se faire voir. Apparaitre sous son meilleur jour, en tout temps et en tout lieu. Une campagne politique d’envergure présidentielle passe par une belle image au sens propre comme au sens figuré. Il faut coller aux aspirations du peuple, lui inspirer confiance et sympathie afin qu’il reste devant son poste de télévision ou son journal lorsque vous déroulez votre programme. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir été doté d’une image naturellement séduisante, le relooking s’avère indispensable. Encore tabou il y a quelques années, il est désormais entré dans les mœurs et y avoir recours atteste même d’un tempérament de leader plébiscité par les foules. Sarkozy qui se découvre une passion pour le jogging, le régime Dukan de Hollande ou de Mélenchon, la révision de garde-robe de Ségolène Royale, la nouvelle barbe d’Emmanuel Macron …Autant de changements physiques qui ont fait couler beaucoup d’encre et qui ont pu à certains moments contribuer à augmenter la quote de popularité des concerné-e-s.

En jouant le jeu de la cover girl aux mains des stylistes, coiffeuses et maquilleurs du magazine I AM DIVAS, Rama Yade (dont on apprend qu’elle a un peu hésité) ne s’y est pas trompée et les réactions sont à la mesure du changement.

A cet exercice, les américains sont les champions du monde et savent depuis fort longtemps que s’il y a bien un domaine où l’apparence est importante, c’est la politique. Pour s’en convaincre il suffit de regarder la série, Scandal dans laquelle une bande d’experts en communication se fait appeler « Gladiateurs en costume ». Shonda Rhimes la scénariste l’avoue elle-même dans son livre « Year of Yes » : décider de changer d’apparence physique a eu un impact considérable sur son leadership. Délestée des kilos en trop derrière lesquels elle se cachait, elle s’adjoint les conseils d’un styliste et commence à mieux assumer sa popularité. Elle multiplie les apparitions télévisées -qu’elle préférait auparavant confier à ses acteurs- la fascination du public (dont une grande partie ignorait qu’elle était Noire) à son égard augmente et par conséquent la curiosité et l’engouement pour ses séries. Les deux dernières How To Get Away With Murder et The Catch ont même été achetées par ABC alors qu’elles n’étaient encore qu’au stade de l’écriture. Du jamais vu pour une chaîne de cette envergure !

En ce qui me concerne, j’ai été à bonne école. Ma mère ayant toujours accordé énormément d’importance à son apparence physique, j’ai été rapidement convaincue des bénéfices d’une belle apparence. Ma mère a évolué dans des environnements professionnels très masculins (et machiste donc) et je garde le souvenir des journées de maladie passées dans son bureau qui m’ont permis d’observer le respect et l’admiration qu’elle suscitait auprès de ses interlocuteurs. Je savais que son allure y contribuait et elle recevait d’ailleurs beaucoup de compliments dans ce sens.

Tyrannie pour certaines, marque d’estime de soi pour d’autres, l’apparence des femmes qu’elles soient publiques ou anonymes a souvent été au cœur des débats féministes. Quelle importance accorder aux choses de la beauté ?

Qu’est-ce qu’une belle apparence ? Ne devrait-on pas déporter les discussions vers des valeurs beaucoup plus essentielles et impactantes que l’apparence physique ? A vrai dire même si je suis convaincue que le soin que l’on accorde à notre apparence physique influe sur la manière dont les gens nous perçoivent- et dont on se perçoit soi-même (l’indispensable estime de soi)- j’avoue qu’il m’arrive de douter et je suis parfois tentée d’envoyer valser toutes ces choses que je m’impose pour me sentir belle. Mais la vérité c’est que j’adore ça ! Même si je suis aujourd’hui loin des deux heures nécessaires pour me préparer le matin (A vingt ans j’avais tendance a pas mal dramatiser niveau make-up et coiffure), j’éprouve toujours le plaisir et la nécessité dans certains cas d’être bien maquillée, bien coiffée et bien habillée. Sorties en famille, entre amis ou prestations professionnelles l’investissement est le même et le plaisir (sauf lorsque je suis malade) toujours aussi grand. Comme Rama Yade j’ai grandi dans un milieu de lettrés et j’ai rencontré durant mes études et ma vie professionnelle des personnes qui n’avaient pas du tout cette approche de l’esthétisme et considéraient tout cela comme futile et donc inutile. On m’a souvent fait comprendre (des femmes ) que peut –être j’en faisais trop, que je pouvais occuper mon temps et mon argent de manière beaucoup plus intelligente. N’ayant jamais été dans la démesure et sachant parfaitement adapter mon apparence aux circonstances et aux évènements je ne me suis jamais laissée convaincre par ces tentatives de me faire renoncer à une passion dont je tire une partie de mon assurance.

C’est mon amie Fatou qui aime dire que prendre soin de soi n’est pas futile mais utile. C’est en 2004, sur un forum internet que j’ai fait la connaissance de celle qui est aujourd’hui considérée en France comme une influenceuse en matière de beauté. Elle y animait avec beaucoup de succès un topic consacré au maquillage. Je souris, car je viens de faire une pause pour passer sur mes lèvres une couche d’homéoplasmine. Un produit adopté sur ses bons conseils, le plus efficace que je connaisse si vous avez comme moi tendance à avoir les lèvres affreusement gercées mais que vous souhaitez tout de même succomber à la tendance rouge à lèvres mat du moment. Je ne connais rien de plus élégant qu’un rouge à lèvres mat. Cela vous donne tout de suite de la sophistication et cela même lorsque vous êtes habillée très simplement.

Il y a quelques mois Fatou a été interrogée par un magazine au sujet de l’appropriation culturelle. Certaines personnes n’ont pas hésité à contester sa légitimité à être sollicitée pour un tel sujet, car elle ne serait « qu’une experte en rouges à lèvres » (sic). Pourtant je ne connais pas plus grande militante que Fatou en la matière.

CHIMAMANDA NGOZI ADICHIE

Un procès en crédibilité que Chimanda Ngozi Adichie connaît bien. Dans son essai « Nous sommes tous des féministes », l’écrivaine et maître de conférence d’origine Nigériane raconte que plusieurs fois il lui a été demandé (par des femmes) dans le cadre d’interventions publiques, d’arborer des tenues jugées moins flatteuses afin que l’auditoire ne perde pas de vu l’objet de son intervention. Dans la vie Adichie est une femme très stylée qui a fait des robes fourreau en wax son look signature… Si elle admet avoir cédé au début de sa carrière par manque de confiance en ses choix, aujourd’hui elle entend lutter fermement contre cette manière d’enfermer les femmes dans des cases hermétiques. Et pour nous prouver qu’elle n’a que faire du préjugé selon lequel une femme coquette serait une femme futile, Chimanda Ngozi Adichie est devenue il a quelques semaines l’égérie d’une marque de maquillage ! Elle apparaît radieuse sur la dernière campagne de la marque britannique n°7 avec un slogan qui devrait en décomplexer plus d’une : « Le maquillage est juste du maquillage. C’est la manière dont vous-vous sentez lorsque vous en portez qui importe ».

Je suis du même avis qu’elle. Nous avons toutes un rapport très personnel au maquillage et à l’apparence. Ce qui est dommage c’est de s’interdire d’explorer l’une ou l’autre des options (j’aime également le-désormais- maquillage ultra minimaliste d’Alicia Keys) qui s’offrent à nous au prétexte de ne pas projeter une image jugée inappropriée ou peu commune.

A la question de savoir si elle serait tentée de céder aux sirènes du relooking, Rama Yade répond qu’elle n’a pas toujours le temps de se préoccuper de tout ça, mais avoue avoir conscience que ce n’est plus possible désormais.

Elle ajoute :

« Chef d’état comme ministre, on ne représente pas seulement soi mais une certaine idée de la fonction. Comme la France est le pays de l’allure et du chic il va falloir être aussi messagère de tout cela. »

Et de citer en exemple Michelle Obama et Rania de Jordanie, deux femmes dont elle dit avoir toujours admiré le style.

Au-delà de son programme politique (qui représente la quasi-totalité des questions de l’interview je vous rassure), dans un pays où les représentations de la femme noire leader restent rares, on comprend aisément l’engouement du public pour cette couverture qui met à l’honneur une Rama Yade (enfin) sublimée !

J’en profite pour vous inviter à lire dans ce même numéro l’article « Yorubas, la puissance de la beauté » que j’ai pris beaucoup de plaisir à rédiger.

Le magazine est disponible en kiosque, mais également en ligne pour les abonnées.

 

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Vous aimerez aussi

4 Commentaires

  • Reply Vanda

    Je prends toujours autant plaisir à te lire!!! Quelle belle plume!
    J’admire la façon dont tu analyses et traître ton sujet…. En tout cas tu as su faire la part des choses ( le milieu ds lequel tu as grandi)
    Je trouve que tu es complète femme intelligente maman accomplie professionnelle, tu as un petit grain de fantaisie aussi … J’aime ces combos
    Au plaisir de te lire

    31 octobre 2016 at 12 12 16 101610
  • Reply Diallo

    Super article

    1 novembre 2016 at 8 08 07 110711
  • Reply K.

    toujours un plaisir de te lire et il est vrai que la couv du magazine et l’engouement autour m’a donné envie de lire le programme de Rama Yade…et de lire ce mag que je ne connaissais pas.
    merci et joyeux anniversaire en retard !

    1 novembre 2016 at 20 08 54 115411
    • Reply D.

      Merci beaucoup ! Tu ne regrettera pas ta lecture. Il y a des articles très intéressants dont un reportage photo sur Cuba qui m’a littéralement transportée.

      2 novembre 2016 at 11 11 49 114911

    Laisser un commentaire