Follow:
Life etc.

Sans contrefaçon


Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais moi je ne l’ai pas loupée: Mylène Farmer, The most wanted french singer est en couv de Têtu, le magazine gay qui s’assume.
Je ne l’ai pas acheté même si j’accroche sur quelques sujets, mais sa couv lui a au moins valu d’être feuilleté par mes petits yeux acérés.
Le titre associé à la photo aura je pense fait grimper les ventes du mensuel.
Ma fascination pour ce que l’on nomme aujourd’hui banalement « les icônes » m’a conduit une fois de plus à m’interroger sur celles qui briguent brillamment le titre de « meilleure amie » des hommes qui aiment les hommes ou pour faire plus hype, d' »icône gay ».
Il n’est pas rare de croiser des couples insolites où c’est l’homme qui porte le slim et le Balenciaga, la femme les Nike air et la casquette plate.
Il s’agit tout simplement d’un gay accompagné du dernier accessoire à la mode: la meilleure amie.
Elle est souvent coiffeuse ou vendeuse en p.a.p branché(ça aide) et occupe la troisième chambre du haut du loft.
On frise le cliché, ces deux là s’emboîtent comme une paire de Lego et uniquement, parce que pour le reste, chacun son genre.
La nana qui recueille tous les suffrages homos n’est pas choisie parce qu’elle présente un quelconque attrait sexuel.
L’icône c’est la Madone, l’intouchable, celle que l’on remercie avant de s’endormir celle pour qui on tuerait pour aller l’applaudir en carré V.I.P, celle qui crée la controverse le temps d’un tube ou d’un concert, bref celle qui en a!
L’icône gay à l’instar de Mylène Farmer est une diva, lorsqu’elle donne une interview, celle-ci est exclusive. Des rumeurs folles( souvent liées à sa sexualité) circulent à son sujet : c’est un transsexuel, elle est nymphomane, elle est bi-sexuelle ou homosexuelle c’est selon.
Bref l’icône gay est nimbée d’une aura mystérieuse qu’elle entretient avec un plaisir non dissimulé.
Là où d’autres pètent un câble, se rasent le crâne, conduisent sans culotte ou fracassent les reflex de paparazzis, l’icône gay reste digne: c’est une diva.
Sa devise:  » Rien n’est grave, tout est grâce », qu’elle scande à grand renfort de signes ostentatoires d’appartenance religieuse, sexuelle ou païenne.
l’icône gay est un pied de nez perpétuel au système et de se fait à la société toute entière.
Pourtant nul ne sait ce qu’elle pense vraiment de tout ça: elle ne parle pas, elle communique.

Cette couv m’a conduit à m’interroger sur celles que les Gays adorent!
Je tente une petite liste:

Dalida: Sans être lesbienne elle-même, Dalida a toujours manifesté une sympathie pour la cause. Certaines de ces chansons (« Pour ne pas vivre seul » ou « Depuis qu’il vient chez nous » par exemple) peuvent être rapprochées de ce qu’on appelle parfois « l’homosensibilité ».

Chantal Goya: Je n’ai jamais compris pourquoi, mais force est de constater qu’elle leur plaît.Est-ce son côté complètement kitsch parfaitement assumé, ou son statut de doyenne des maternelles qui rappellent une époque où la sexualité ne comptait pas?

Mylène Farmer quant à elle a acquis son entrée à vie au club Gay grâce au personnage sulfureux faisant valser les conventions qu’elle campe dans des chansons telles que « Sans contrefaçon » ou « Pourvu qu’elles soient douces ».

Kylie Minogue témoigne de l’attachement des Gays pour l’esthète. La chanteuse de poche est toujours pimpante et ne néglige pas son public gay, allant même jusqu’à lui rendre hommage avec « Your disco needs you » en 2000.

Diana Ross pour leur avoir consacré un tube dans les années 80, et pour toutes les raisons que j’ai déjà mentionné ici.

Madonna: Elle n’est pas spécialement belle, pas spécialement talentueuse mais elle est ELLE,une marque déposée dans les années 80, et cela fait toute la différence!

Christina Aguilera et son plaidoyer pour la différence « Beautiful » grâce auquel elle impose le respect.

Bon la liste n’est pas exhaustive, mais bon comme d’habitude  c’était prétexte à parler de magazine!

 

Partager
Plus Ancien Plus Récent

Vous aimerez aussi

1 Commentaire

  • Reply Paya

    Ahaha. Il est clair que la couv’ va assurer un succès garanti à TÊTU. Le mystère autour de Mylène Farmer m’a toujours fait marrer.Ça m’a toujours surpris quand on parle d’icône gay, ou même de culture gay. Les gays et lesbiennes que je connais en tout cas (qui ne sont ni jeunes, ni parisien, ceci devant expliquer cela) n’ont pas une culture à part entière, ni d’icônes particulières.Mais bon, j’ai bien aimé ton article parce que moi le premier, j’adore les clichés!

    30 août 2008 at 12 12 37 08378
  • Laisser un commentaire