Follow:
Non classé

What a Wondaful Mouvie!

C’est un peu comme ça qu’on parle en Inde(et chez moi aussi d’ailleurs!), ou du moins c’est ce qui se dirait du côté de Mumbai au sujet de Slumdog Millionaire.
En même temps, comment pourrait-il en être autrement, comment résister à cette énooOoorme tranche de vie burlesque et pittoresque?
De ce côté de l’atlantique, on attriburait plutôt ce type de récit à un Paolo Coelho mais il faut chercher plus loin: C’est à l’écrivain Vikas Swarup que l’on doit la bonne idée et la belle plume d’avoir écrit « Les fabuleuses aventures d’un indien malchenceux qui devient millionaire« .
Une très belle histoire librement adaptée au cinéma par le réalisateur Danny Boyle dont j’avais déja beaucoup apprécié « 28 jours plus tard »(2002), et plus récemment « Sunshine »(2007).

Slumdog Millionaire, c’est l’histoire d’un jeune indien qui a grandit plus mal que bien, dans les bidonvilles de Bombay et qui grâce à un jeu télévisé (le kitchissime et célebrissime « Qui veut gagner des millions? » remporte des millions de roupies et par la même occasion le coeur de sa dulcinée.
C’est le genre de destin dont on sait pertinemment qu’il ne se réalise qu’au cinéma et pourtant on a envie d’y croire. En partie grâce au talent du réalisateur qui réuni Hollywood et Bollywood sur la même pellicule. Slumdog millionaire c’est un peu le best-of both worlds du cinéma.
Bollywood, ses acteurs mythiques et ses histoires d’amour, Hollywood et ses caméras à l’oeil acrebe filmant dans la dure réalité indienne: la pègre qui sévit dans les bidonvilles, les orphelins livrés aux réseaux de trafiquants en en tout genre. Tout ceci sans oublier de témoigner des mutations économiques et sociales que l’Inde a vécu au cours des 10 années qui séparent le début du film de son happy end.
Point de misérabilisme, ni de bons sentiments, Slumdog Millionaire est certes une histoire à l’eau de rose mais elle est diluée dans la dureté de la condition indienne.

Slumdog Milionaire ou la folle aventure d’un réalisateur britannique audacieux et visionnaire qui film l’inde avec les yeux d’un indien.

Partager
Plus Ancien Plus Récent

2 Commentaires

  • Reply donutsbaby

    Coelho*On m’en a dit que du bien, de Sluldog M, je vais aller voir Noces Rebelles et ensuite celui-là ! J’espère que je vais autant apprécier que toi ^^J’ai pensé à toi: différents créateurs s’étaient proposé pour habiller Michelle O’Voilà le lien des différents croquis.http://www.wwd.com/fashion-news/dressing-the-first-lady-1875632#/slideshow/article/1875632/1876331

    23 janvier 2009 at 14 02 41 01411
  • Reply isabelle

    Je ne l’ai pas encore vu (pas encore sorti dans ma petite vile). Tu es la deuxième blogueuse qui en parle et cela me donne encore plus envie de le voir.

    23 janvier 2009 at 15 03 52 01521
  • Laisser un commentaire